Tanitnews

La prestation télévisée de Saad Hariri complique davantage la situation — Liban


Depuis le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont coupé toutes leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de " soutenir le terrorisme " et de se rapprocher de l'Iran.

Le chef du gouvernement invite les Libanais à garder leur calme.

Pour sa part, Michel Aoun, président du Liban, refuse catégoriquement d'accepter la démission de son premier ministre tant qu'il n'est pas revenu au pays.

Mais "nous sommes préoccupés de la situation au Liban (...) nous sommes soucieux de sa stabilité, (...) de son intégrité, nous sommes soucieux de la non-ingérence et soucieux de la constitution libanaise", a-t-il martelé. Les " circonstances obscures " de son séjour à Riyad interrogent la classe politique libanaise. En effet, une semaine après la démission de Saad Hariri, premier ministre du Liban, depuis l'Arabie Saoudite, l'inquiétude est montée d'un cran.

Drogba sait quand il va arrêter sa carrière
Peut-être qu'il dépensera plus et apportera plus et que son projet va prendre vraiment vie et forme. L'Ivoirien trouve "dommage" de ne jamais avoir trouvé un terrain d'entente.

"J'ai démissionné pour créer un choc positif au Liban", a-t-il expliqué, notant qu'avant cette démission, il avait évoqué des menaces pesant sur le Liban. "Le président Aoun a reçu le chargé d'affaires saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari, et l'a informé que la manière dont s'est produite la démission de M. Hariri était inacceptable", a indiqué la présidence libanaise dans un communiqué.

Lorsqu'il avait annoncé depuis Ryad sa démission, dans un discours diffusé par la chaîne à capitaux saoudiens Al-Arabiya, le chef du gouvernement libanais avait dénoncé la "mainmise" de l'Iran et du Hezbollah, le puissant mouvement chiite membre de son gouvernement et proche de Téhéran, sur les affaires intérieures du Liban.

Loin de lever tout équivoque, la prestation télévisée de Saad Hariri n'a pas convaincu les Libanais qui étaient partagés sur la sincérité et la crédibilité à accorder aux propos de leur Premier ministre. Pour le Hezbollah, mouvement chiite, il est clair que l'Arabie Saoudite vient de déclarer la guerre au Liban.

Articles Liés

Commentaires