Tanitnews

Nice : Auguste Vérola, "victime collatérale" du duel Estrosi-Ciotti ?


En guerre depuis que le maire de Nice a soutenu Emmanuel Macron, Eric Ciotti et Christian Estrosi s'écharpent maintenant publiquement. Au-delà d'une simple lutte de pouvoir, leur rivalité a pris un tour plus politique depuis la dernière campagne présidentielle, le maire de Nice ne cachant pas son hostilité à la ligne de droite dure incarnée, entre autres, par Eric Ciotti au sein du parti Les Républicains. D'accord sur le tout-sécuritaire ou le rejet des migrants, les deux hommes, que l'on voit encore souvent aux mêmes manifestations officielles, ne se sont plus vus en tête-à-tête depuis décembre 2016.

Ce dernier, a fait part de sa colère et de son incompréhension auprès du siège parisien du parti où on murmure que cette guéguerre entre les deux élus est "du niveau d'une cour d'école ". "Parce que quand on s'attaque au maire d'une grande ville simplement par ego personnel, c'est à une ville tout entière qu'on s'attaque, à une population". "J'ai été élu dans des conditions difficiles avec beaucoup de coups tordus", "je peux dire que le soutien de certains de ma famille politique n'a pas été vraiment au rendez-vous", a poursuivi Eric Ciotti.

Deux clubs français dubitatifs pour Ben Arfa — PSG
Par ailleurs, rappelons que Hatem Ben Arfa doit être entendu par la Commission juridique de la LFP ce mardi 14 novembre 2017. A vrai dire, cette situation n'arrange pas les affaires des Niçois et des Stéphanois.

"En tant que secrétaire départemental, j'ai considéré qu'à partir du moment où il avait apporté son soutien à nos adversaires, je n'avais plus à payer 4 000 euros par mois de frais pour sa permanence", explique Eric Ciotti dans les colonnes du JDD. "C'est un groupe en marche vers En Marche", ironise-t-on chez Eric Ciotti. Je n'ai pas changé personnellement à l'égard de Christian Estrosi, je n'ai pas changé politiquement à l'égard de ma famille politique.

Quant à l'élection municipale de 2020, "le débat n'est pas ouvert". "Je ne veux pas faire entrer Nice dans des débats stériles", a indiqué M. Ciotti.

Articles Liés

Commentaires