Tanitnews

L'agresseur sexuel était un lieutenant-colonel de gendarmerie


La scène se déroule en mars dernier, dans un TGV Marseille-Paris. Une passagère de 26 ans somnole dans son siège quand soudain, elle sent une main posée sur sa cuisse.

Choquée par le geste déplacé, la jeune femme fait un scandale et change aussitôt de place. Pourtant tout ça ne refroidit pas les ardeurs du quinquagénaire qui revient quelques instants plus tard à la charge.

Il va même jusqu'à lui tendre une carte de visite avec son véritable nom, son numéro de portable et son métier.

Perquisitions chez Lafarge, soupçonné d'avoir financé des djihadistes en Syrie
Malmené à la Bourse de Paris à la suite de ces informations, le titre LafargeHolcim a clôturé en baisse de 1,95 %. En parallèle, le siège de Lafarge à Paris a lui aussi été visité par des policiers français.

"Masseur de la maison du bonheur".

Après son voyage, la jeune femme porte plainte. Après six mois d'enquête, les gendarmes ont pu mettre la main sur l'homme mis en cause. Lieutenant-colonel en poste dans le Sud de la France pour être précis. En garde à vue, il aurait indiqué que cette fausse identité était "juste une technique de drague" et aurait reconnu avoir été "très entreprenant" avec la jeune femme. Remis en liberté, le gendarme n'est pas poursuivi à ce stade car l'enquête ne fait que commencer.

Articles Liés

Commentaires