Tanitnews

Zimbabwe : l'armée met en garde le pouvoir


Selon plusieurs témoins rapportés par l'agence de presse Reuters, au moins quatre engins blindés de l'Armée en provenance des provinces du pays, feraient depuis ce mardi, mouvement vers la capitale du Zimbabwe.

Le général Constantino Chiwenga a ainsi adressé lundi un avertissement sans précédent au parti présidentiel, la Zanu-PF, au pouvoir depuis l'indépendance en 1980, pour dénoncer l'éviction la semaine dernière du vice-président Emmerson Mnangagwa. Un des chars, tourné vers la capitale, avait un problème de chenilles. A l'heure où nous mettions cet article en ligne, il n'y a eu aucune communication officielle, alors que Zanu-FP (parti au pouvoir) démentait toute tentative de coup d'Etat.

Ce mouvement de troupe s'inscrit dans une crise inédite entre la présidence et Constantino Chiwenga chef de l'état-major.

M. Mnangagwa, qui avait l'appui de l'armée et qui était perçu auparavant comme le dauphin de Robert Mugabe, a fui le pays, affirmant que lui et sa famille avaient été menacés.

Nice : Auguste Vérola, "victime collatérale" du duel Estrosi-Ciotti ?
Je n'ai pas changé personnellement à l'égard de Christian Estrosi , je n'ai pas changé politiquement à l'égard de ma famille politique.

Mnangagwa est rappelons-le, un vétéran de la guerre de libération des années 1970 et l'ex-patron des services de renseignement.

Plus de 100 fonctionnaires qui apparemment le soutenaient ont été soumis à des mesures disciplinaires par une faction associée à la femme de Robert Mugabe, Grace.

L'influence de cette dernière sur les organes du parti au pouvoir, notamment sa jeunesse, puis la multiplication des conflits avec les anciens combattants de l'ère de l'indépendance qui avaient un rôle privilégié dans la prise de décision partisane semble avoir poussé les militaires à sortir des casernes.

Articles Liés

Commentaires