Tanitnews

Finistère : un médecin rémunéré pendant 30 ans malgré son absence


Un "médecin fantôme", absent depuis 30 ans, régulièrement dénoncé par les organisations syndicales de l'hôpital de Quimperlé, a coûté 5,5 M€ à l'établissement entre 2012 et 2016. C'est dans un rapport publié ce jeudi 21 décembre, que la Chambre régionale des comptes de Bretagne a révélé les faits.

Absent depuis 30 ans, mais quand même rémunéré.

Toutefois, le médecin reste parmi les effectifs, "sans affectation ni activité", et ce, malgré les éléments à charge.

Le praticien avait été nommé chef de service, en 1984, au centre hospitalier de Quimperlé. "Depuis cette date, plusieurs rapports émanant de diverses instances (.) ont relevé des problèmes quant à la manière de servir de ce médecin, mentionnant par exemple "une incompétence avérée" ainsi que des problèmes de comportement, tant vis-à-vis du personnel que des patients, incompatibles avec ses fonctions", indique la chambre dans son rapport. Car "outre un déficit d'image, il en est résulté un coût salarial de 130 000 eurs par an et une privation de recettes annuelles estimée à 980 000 euros, soit un coût total de 5,5 millions d'euros enete 2012 et 2016 ", écrit la chambre régionale des comptes dans son rapport.

Comment Hulot justifie son absence remarquée aux Etats généraux de l'alimentation
Ce vendredi matin, les cadres de la majorité tentaient de dédramatiser l'incident, insistant sur "l'utilité" de Nicolas Hulot au sommet de l'exécutif. " Un problème d'agenda ", élude un des organisateurs.

Mais ce dernier figurait toujours dans l'effectif de l'établissement. La chambre régionale des comptes parle d'une "volonté de défense du corps des praticiens hospitaliers (qui) contrevient à l'intérêt général".

Il faut dire que pour pouvoir rémunérer ce médecin à ne rien faire, l'hôpital de Quimperlé bénéficiait d'une enveloppe de 124.000 euros par an remise par l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) (ex-ARS).

En 2010, le praticien avait été enjoint par le directeur de l'hôpital à faire valoir ses droits à la retraite mais s'est vu opposer un refus.

Fin de l'histoire le 1 janvier 2017 quand le "praticien" a pris sa retraite alors qu'il percevait, durant sa dernière année "d'exercice" 7 400 € brut de revenu par mois! Indécent. Heureusement, en janvier dernier, le médecin a pris sa retraite.

Articles Liés

Commentaires