Tanitnews

Les Etats-Unis dynamitent la fusion entre MoneyGram et Ant Financial


Les autorités américaines se sont opposées au rachat de MoneyGram, groupe américain spécialisé dans les transferts d'argent, par le chinois Ant Financial, société financière liée au géant de l'e-commerce Alibaba -amenant Pékin à réclamer mercredi un traitement "équitable".

Les deux groupes ont déploré le bloquage, par le comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis, de ce rapprochement qui, à son annonce avait été valorisé à près de 1,2 milliard $.

"L'environnement géopolitique a considérablement changé depuis que nous avons annoncé cette transaction", a indiqué Alex Holmes, ajoutant que " malgré nos meilleurs efforts pour travailler en coopération avec le gouvernement américain, il est maintenant clair que CFIUS n'approuvera pas cette fusion ". En septembre dernier, sur les recommandations du CFIUS, le président Trump s'était opposé au rachat du fabricant de semi-conducteurs Lattice Semiconductor Corporation par un groupe détenu par des actionnaires chinois, le fonds d'investissements Canyon Bridge Fund. M. Trump avait invoqué "un risque pour la sécurité nationale " lié à des transferts potentiels de propriété intellectuelle sur des semi-conducteurs. Selon des informations de presse, les autorités américaines auraient exprimé des inquiétudes sur la sécurité des données personnelles pouvant servir à identifier des citoyens américains ainsi que sur le contrôle des transactions vis-à-vis du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme. Les deux groupes ont néanmoins fait état de leur intention de poursuivre des "coopérations stratégiques " entre eux, en Chine comme aux Etats-Unis ainsi que dans d'autres marchés asiatiques comme l'Inde ou les Philippines.

Crash d'un hélicoptère militaire russe en Syrie: deux morts
Ses forces spéciales restent actives sur le terrain dans l'offensive contre le groupe terroriste, Daech, a annoncé Moscou. Le ministère russe de la Défense n'a pas fourni de précisions supplémentaires, notamment sur la mission de l'appareil.

"L'issue la plus probable à présent est que MoneyGram se vendra à quelqu'un d'autre, et Euronet est une entreprise qui a manifesté son intérêt par le passé", a observé Gil Luria, analyste de D.A. Davidson.

Le veto du CFIUS représente un revers pour Jack Ma, le fondateur et président exécutif d'Alibaba, qui avait promis en janvier 2017 à Donald Trump, alors président-élu, de créer un million d'emplois aux Etats-Unis.

La société chinoise devra indemniser Moneygram de 30 millions de dollars pour cette décision. Washington a ainsi durci sa position sur les prises de contrôles de sociétés américaines par des entités chinoises au moment où Donald Trump accentue la pression sur Pékin dans le dossier nord-coréen et en matière d'échanges commerciaux. Le groupe américain compte environ 1 300 employés. Le projet d'acquisition de l'assureur vie Genworth Financial par China Oceanwide Holdings Group pour 2,7 milliards de dollars est par ailleurs encore suspendu à son examen. "Nous espérons que les Etats-Unis puissent établir un environnement équitable et prévisible pour les entreprises chinoises qui veulent y investir", a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Articles Liés

Commentaires