Tanitnews

Que risquent les parents réfractaires — Vaccins obligatoires


C'est chose faite: depuis le 1 janvier, et malgré les polémiques, le calendrier vaccinal des enfants compte désormais onze vaccins obligatoires. Ils s'exposent aussi à une radiation: le 22 décembre, le Conseil d'Etat a confirmé celle d'un généraliste qui n'avait pas injecté à un enfant les vaccins obligatoires et avait inscrit "des mentions mensongères" sur son carnet de santé. Parmi les pathologies visées: la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole ou encore l'hépatite B. Les vérifications commenceront en juin prochain, pour laisser à la mesure le temps de se mettre en place.

Chez les défenseurs de la vaccination au contraire, on rappelle que les risques liés aux vaccins sont infimes comparés aux dangers des maladies qu'ils combattent.

Certaines maladies ne disparaissent malheureusement pas, comme les bactéries responsables de la diphtérie. Pourquoi? Parce qu'on ne trouve quasiment que ça. C'est ainsi qu'à compter du 1er janvier, la loi rendra obligatoires les vaccinations contre onze maladies infectieuses au lieu des trois jusqu'ici imposées avant l'âge de deux ans (1).

Un exploit pour débuter l'année pour Simon — Pune
Gilles Simon rejoint Herbert et Paire en quarts de finales! Les deux hommes rallient ainsi les quarts de finale en Inde.

Quand faire vacciner ses enfants?

. Et certains parents anti-vaccins n'hésitent pas à produire de faux certificats. La majorité des bébés faisaient déjà ces vaccins. Sur les cinq premiers mois de 2017, l'ARS d'Occitanie a relevé une centaine de cas. Bien que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ait affirmé qu'elle n'était pas là pour " donner des amendes ni engager des poursuites " et qu'il n'y aurait pas de " sanction pénale " à l'encontre des parents réfractaires, le défaut de vaccination demeure punissable et peut être poursuivi au titre de manquement à l'obligation de protection des mineurs. "Je vais parfaitement assumer cette responsabilité que de sauver la vie de dizaines d'enfants et de jeunes (...) Je prends les risques que je dois prendre pour sauver la vie des enfants et je l'assume, a-t-elle déclaré avec autorité". Le gouvernement devrait supprimer la disposition du code de la santé publique qui prévoit jusqu'à 6 mois de prison et 3 759 € d'amende.

Par ailleurs, la ministre souhaite convaincre les parents avec l'argument suivant: les enfants qui n'auront pas reçu leurs vaccins obligatoires seront interdits de crèche, école, garderie et colonie de vacances.

Articles Liés

Commentaires