Tanitnews

Vidéo - Trump menace de supprimer l'aide de 300 millions dollars aux Palestiniens


Donald Trump menace de supprimer l'aide américaine, faute d'avancée sur les négociations de paix. "Nous payons les Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans reconnaissance ou respect, a écrit Donald Trump sur Twitter". "Nous avons dégagé la question de Jérusalem, la partie la plus difficile de la négociation (...) Mais puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l'avenir?" a-t-il encore tweeté. "Nous ne céderons pas au chantage", a également affirmé Hanan Ashrawi, une responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). "El Qopds est la capitale éternelle de l'Etat de Palestine et n'est pas à vendre pour de l'or ou des milliards", a affirmé, cité par l'AFP Nabil Abou Roudeina. Les Etats-Unis sont le principal contributeur de l 'UNRWA, avec près de 370 millions de dollars versés en 2016 à l'agence onusienne qui fournit l'aide humanitaire aux réfugiés palestiniens.

Parlant aux journalistes mardi au siège de l'ONU, l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley a souligné que l'Amérique restait engagée en faveur d'un accord de paix et indiqué que l'administration Trump couperait les aides octroyées si les Palestiniens refusaient de s'engager dans des négociations de paix.

Donald Trump n'a pas précisé à quelles aides il faisait spécifiquement référence dans son tweet. Le président américain qui avait évoqué la possibilité de prendre des mesures de rétorsion dans la foulée de ce vote, s'en est pris plus particulièrement à l'aide financière accordée par son pays aux Palestiniens.

Un exploit pour débuter l'année pour Simon — Pune
Gilles Simon rejoint Herbert et Paire en quarts de finales! Les deux hommes rallient ainsi les quarts de finale en Inde.

L'émissaire du président américain pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt, multiplie depuis des mois les rencontres dans la région pour tenter de relancer l'entreprise de paix moribonde. Rien ne change là-dessus Les Palestiniens doivent maintenant montrer qu'ils veulent venir à cette table.

Les espoirs d'une solution à deux États ont encore été douchés mardi lorsque le Parlement israélien a adopté un projet de loi visant à compliquer le passage sous souveraineté palestinienne de certaines zones d'Al Qods dans le cadre d'un futur accord de paix. Par ailleurs, devant les agissements d'Israël à El-Qods occupée, depuis l'annonce de la décision de Trump le 6 décembre 2017, le gouvernement palestinien a lancé hier un appel urgent à la communauté internationale pour intervenir et y mettre fin.

Les États-Unis ont toujours eu recours au chantage financier pour faire plier la direction palestinienne.

Articles Liés

Commentaires