Tanitnews

Messieurs, attention, l'abus d'ibuprofène peut nuire à votre système reproducteur


Et chez un sujet sain et jeune, l'ibuprofène perturbe-t-il sur le long terme la production de spermatozoïdes? Dans une étude publiée lundi 8 janvier dans les comptes rendus de l'Académie des sciences américaine (PNAS), un consortium franco-danois montre que l'ibuprofène altère aussi la physiologie du testicule chez l'adulte lors d'une prise prolongée.

Les conclusions de l'essai clinique montrent que, lorsque les hommes ont été exposés à l'ibuprofène, les niveaux d'hormone hypophysaire appelée l'hormone lutéinisante (LH) s'élèvent fortement, cette hormone jouant un rôle clé dans le contrôle de la production de testostérone.

Ils ont alors constaté que la prise de 1200 mg/jour d'ibuprofène pendant 6 semaines agissait comme des perturbateurs endocriniens. Des chercheurs français travaillant pour l'Institut de recherche en santé environnement et travail (Irset) de Rennes, soutenus par une équipe danoise, ont démontré que sa prise massive et répétée pouvait s'avérer dangereuse pour la santé.

Créteil : une épicerie casher incendiée
L'épicerie, située dans un centre commercial, avait été vandalisée le 3 janvier et recouverte de croix gammées. Plusieurs individus auraient fracturé le rideau du commerce avant d'y mettre le feu.

L'ibuprofène, que l'on peut acheter sans ordonnance, est après le paracétamol l'un des médicaments les plus consommés pour soulager la douleur. La moitié des participants a pris de l'ibuprofène, et des prélèvements ont été faits. Les 17 autres ont eu un placebo.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont réalisé un essai clinique avec 31 volontaires, des sportifs âgés de 18 à 35 ans. Pris à haute dose, le médicament antidouleur entraînerait un déséquilibre hormonal appelé "hypogonadisme compensé". Comme le testicule est à la peine pour produire de la testostérone, l'hypophyse pompe pour compenser.

Selon ses conclusions, d'importants effets indésirables lui seraient imputés: il affecterait notamment la production de testostérone et de deux autres hormones testiculaires. A ce stade, les chercheurs ne savent pas encore si ces effets peuvent être observés pour des doses plus faibles et ne connaissent pas les conditions de leur réversibilité.

Articles Liés

Commentaires