Tanitnews

Albéric Chopelin nommé directeur ventes et marketing de PSA


Le directeur général de la marque automobile britannique Vauxhall, récemment rachetée par PSA, va quitter son poste pour être remplacé par le directeur des ventes et du marketing du groupe automobile français, selon un communiqué publié jeudi. Dans ses nouvelles fonctions, il sera responsable de Vauxhall Motors et de l'activité d'Opel en Irlande.

Albéric Chopelin remplace Steve Norman au marketing de PSA Steve Norman est remplacé à la direction des ventes et du marketing de PSA par Albéric Chopelin.

Stephen Norman, le plus français des Britanniques de l'auto, prend la tête de Vauxhall. "Je suis plus que fier qu'on me demande de prendre cette responsabilité", explique-t-il à l'AFP. Vauxhall n'est pas au mieux de sa forme en effet, et doit appréhender un Brexit aux conséquences incertaines pour le secteur.

PSA a acquis l'an dernier la marque britannique déficitaire lors du rachat d'Opel à General Motors, suscitant la crainte chez les syndicats et les parlementaires d'un plan social et de fermetures d'usines dans le cadre d'un programme de réduction des coûts. Les ventes de la marque ont chuté de 22 % en 2017 au Royaume-Uni, avec 195 000 véhicules écoulés et une part de marché en baisse à 7,7 %.

Quand le Pentagone suggère de tuer les djihadistes à coups de pelle
Certains internautes se sont indignés, d'autres ont salué le message du militaire. "C'est une arme versatile et formidable". Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vauxhall emploie directement près de 5 000 personnes au Royaume-Uni, dont plus de 1 500 dans l'usine d'Ellesmere Port qui produit l'Astra.

LONDRES, 8 janvier (Reuters) - Sept cents emplois environ seront supprimés dans l'usine Vauxhall d'Ellesmore Port, dans le nord de l'Angleterre, en incluant les 400 suppressions déjà annoncées, afin de réduire la production du site de la filiale de PSA à une seule équipe, a annoncé lundi un porte-parole. Il sera rattaché au Président du Directoire, Carlos Tavares. Il avait assuré, au moment du protocole d'accord de rachat, en mars, qu'il ne serait pas nécessaire de fermer des usines d'Opel et Vauxhall tant qu'elles parviendraient à respecter des objectifs de productivité, estimant que la solution consistant à fermer des sites était "simpliste". Un événement qui inquiète un secteur automobile britannique redoutant la sortie du marché unique.

"Le Brexit fait qu'il y a plusieurs hypothèses et je vais être extrêmement vigilant pour voir quelles sont celles qui sont nécessaires", a expliqué M. Norman.

Articles Liés

Commentaires