Tanitnews

Catherine Millet : "J'étais contre la loi contre les 'Frotteurs' du métro"


C'est le cas de Brigitte Lahaie, qui a déclaré, très sûre d'elle, que l'on peut "jouir lors d'un viol" ou encore celui d'Anne Morelli, professeur à l'ULB, qui a déjà senti une main se glisser sous sa jupe et qui n'en a pas gardé "un traumatisme éternel". "Les frotteurs du métro ce n'est pas du harcèlement: c'est de l'agression sexuelle". (...) Les femmes ne sont pas forcément des proies, elles peuvent se défendre.

Elle a expliqué à Yann Barthès qu'elle-même, lorsqu'elle était plus jeune, avait expérimenté de tels actes. La politicienne, Marlène Schiappa, choquée de ces propos, a aussitôt réagi sur son compte Twitter. "Il faut aider les femmes à prendre leurs responsabilités et à refuser ce rôle de victime". Cette tribune a été écrite par Catherine Millet en réaction au mouvement de libération de la parole des femmes agressés ou harcelées sexuellement notamment dans le métro. Mais le type qui a un mot grossier quand on le croise dans la rue, qui essaie de vous peloter, les frotteurs du métro, ce n'est pas du harcèlement. (...) J'ai une certaine compassion pour les frotteurs. "Quelqu'un qui en est réduit à ça pour trouver une satisfaction sexuelle doit être dans une certaine misère sexuelle", a-t-elle ensuite poursuivit.

Mercato Milan AC : grosse annonce concernant Gianluigi Donnarumma
Gianluigi Donnarumma alimente l'actualité de l'AC Milan depuis l'été dernier et malgré une récente prolongation jusqu'en 2021.

Catherine Millet a cependant été loin de revenir sur ses propos ce vendredi 12 alors qu'elle était invitée dans la matinale de France Inter. "Ce n'est pas non plus dans notre projet de loi" a explique la ministre. "Ce qui m'a fait réagir sur cette histoire de consentement c'est ce projet de loi qui a été adopté en Suède et qui voudrait si, en effet la loi passe, qu'avant tout rapport sexuel il y ait un consentement explicite des deux parties". "Le consentement sexuel n'est pas inscrit dans le droit français".

"Et si je peux me permettre, je voudrais rappeler que dans les relations sexuelles ou amoureuses, il y a parfois une zone de flou", a ajouté l'écrivaine qui craint "qu'on empêche le flirt" aujourd'hui.

Articles Liés

Commentaires