Tanitnews

Menaces de Trump: Jérusalem "n'est pas à vendre", réplique la présidence palestinienne


Donald Trump a menacé mardi 2 janvier de couper l'aide financière des États-Unis aux Palestiniens, qui s'élève jusqu'à présent à plus de 300 millions de dollars par an. "Nous payons aux Palestiniens des CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS sans la moindre reconnaissance ni le moindre respect", a pour sa part fulminé mercredi Donald Trump. Et de poursuivre, "Puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l'avenir?" Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine, a rétorqué en dénonçant un "chantage" avant de déclarer: "les droits des Palestiniens ne sont pas à vendre". Faisant référence à la décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. En 2016, l'agence de développement (USAID) des Etats-Unis a versé 319 millions de dollars d'aide à l'Autorité palestinienne.

C'est par le biais d'un tweet que Donald Trump a abordé ce sujet mardi. Du côté de l'OLP, on indique qu'on ne " cédera pas au chantage " du président américain.

Trump annonce la vente d'avions qui n'existent que dans Call of Duty
Le président américain a dû jongler avec les nombres et associer le nombre total d'avions de chasse à celui du modèle . Néanmoins, cette bourde n'est sans doute qu'un petit lapsus.

Donald Trump a rompu, le 6 décembre, avec la position de ses prédécesseurs et avec le consensus international en faisant son annonce controversée sur Jérusalem. Jared Kushner, gendre et conseiller de M. Trump, est également chargé de travailler sur un plan de paix. Plus d'éclairages avec Daniel Haïk, correspondant i24NEWS à Jérusalem. En début de semaine, le Parlement israélien a adopté un projet de loi visant à compliquer le passage sous souveraineté palestinienne de certaines zones de Jérusalem. La réaction à cette déclaration a été unanime chez les Palestiniens. "Les violations des colons et des soldats israéliens ne changent pas l'attachement des Palestiniens à défendre leur ville sainte et son identité arabe", a-t-il dit, soulignant que "l'armée israélienne protège le vandalisme des groupes des colons dans la ville de Jérusalem et la mosquée d'Al-Aqsa, ce qui entraîne plus de tension et pousse la région à une guerre religieuse". Après l'annexion d'Al Qods-est, partie palestinienne de la cité, Israël a proclamé toute la ville comme sa capitale "éternelle et indivisible". Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'État auquel ils aspirent.

Articles Liés

Commentaires