Tanitnews

Attentat de la rue Copernic : non-lieu pour Hassan Diab


Près de quarante ans après l'attentat à la bombe de la rue Copernic à Paris, le 3 octobre 1980, qui fit quatre morts devant une synagogue, les juges d'instruction ont rendu un non-lieu, vendredi 12 janvier, en faveur de l'unique suspect, Hassan Diab.

.

Les juges d'instruction ont estimé qu'il n'y avait pas de charges suffisantes à l'encontre d'Hassan Diab et ont ordonné sa libération immédiate. Dans leur ordonnance, les magistrats mettent en lumière "un certain nombre d'éléments (.) qui permettent d'estimer qu'Hassan Diab se trouvait vraisemblablement au Liban pendant cette période " et ne pouvait donc ni avoir confectionné ni posé l'engin explosif, caché sur une moto. "Les documents de l'université libanaise" et "les témoignages de plusieurs étudiants" ont corroboré sa version, soulignent les juges. Il s'agit d'une surprise, car le parquet avait requis, en décembre 2017, son renvoi devant une Cour d'assises. " Vu les nombreuses divergences qui existent dans ce dossier, ce sera une bonne chose que la cour d'appel tranche ", a relevé l'un de leurs avocats, Eric Morain.

Mali : Barkhane capture des présumés jihadistes à Menaka
Cet attentat intervient à la date anniversaire du déclenchement de l'opération Serval, initiée il y a cinq ans (le 11 janvier 2013).

Ce conflit entre le ministère public et les juges est loin d'avoir trouvé son épilogue, des parties civiles ayant annoncé à l'AFP qu'elles allaient faire appel de ce non-lieu.

Articles Liés

Commentaires