Tanitnews

L'UE invite Téhéran à des discussions


Le président américain doit certifier à son peuple, d'ici vendredi, que l'Iran respecte bien ses engagements. Le rétablissement des sanctions pourrait mettre en péril l'accord historique sur le programme nucléaire iranien.

Le président Trump devait prendre sa décision lors d'une réunion jeudi, selon le porte-parole du département d'Etat américain, Stephen Goldstein. "Cet accord, qui empêche les Iraniens de fabriquer des armes nucléaires en échange d'un partenariat économique plus important avec le reste du monde, reste utile et valide", a-t-il martelé.

L'Iran a mis en garde hier la communauté internationale contre une possible sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, à quelques jours d'une décision américaine liée à ce dossier.

Avant l'accord, l'Iran était à quelques mois de détenir suffisamment de matériaux pour produire l'armée nucléaire.

Bernard Magrez agressé cette nuit — Bordeaux
L'enquête a été confié aux hommes de la Police Judiciaire, qui étaient sur place ce vendredi marin pour les constations d'usage. Les assaillants, activement recherchés, ont vraisemblablement suivi Bernard Magrez afin de localiser son lieu de résidence.

Si les Européens ont fait bloc derrière l'Iran, hier, ils ne lui ont pas pour autant accordé un statut de sainte-nitouche. Le communiqué indique que la représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, "réunira une rencontre avec les ministres des Affaires étrangères des pays de l'E3 - France, Jean-Yves Le Drian, Allemagne, Sigmar Gabriel, et Royaume-Uni, Boris Johnson - et le ministre iranien des Affaires étrangères Jawad Zarif jeudi 11 janvier à Bruxelles". Les deux rivaux ont comme principaux sujets de divergence la présence iranienne en Syrie et la menace nucléaire iranienne. Il est désormais craint que l'occupant actuel de la Maison Blanche ne les réinstaure.

Les responsables américains et d'autres sources proches de l'administration ont déclaré mercredi à Associated Press que Trump a décidé de prolonger la levée des sanctions sur l'Iran dans le cadre de l'accord, invoquant une loi américaine qui encadre la participation de Washington dans cet accord, ce qui éviterait la crise inhérente au retrait américain.

L'Union européenne et les autres puissances mondiales ont affirmé à plusieurs reprises que ce serait une erreur d'abandonner cet accord.

L'AFP a contribué à cet article.

Articles Liés

Commentaires