Tanitnews

Le rappel des produits contaminés est élargi — Lactalis


Mais cela pose tout de même un sacré problème de voir le patron de la multinationale au cœur du scandale refuser d'assumer les graves dysfonctionnements de son entreprise, tant que "les causes de la contamination ne sont pas établies".

"Élargissant le précédent rappel qui courait à partir de février 2017, le ministre souhaite ainsi mettre un terme à une crise sanitaire d'autant plus retentissante qu'on apprenait quelques minutes après son point presse qu'un cas de salmonellose avéré avait été découvert en Espagne concernant un bébé ayant consommé du lait infantile contaminé de l'industriel français, alors qu'un autre cas reste à confirmer en Grèce". "Le cas espagnol est confirmé (...) Le cas grec ne l'est pas, mais il y a des signes", a expliqué François-Xavier Weill, bactériologiste de l'Institut Pasteur de Paris, confirmant une information publiée dans la revue médicale Eurosurveillance. Après avoir connu des usines de l'industrie agroalimentaire à l'hygiène irréprochable, il dit avoir été scandalisé par celle de Craon.

"J'ai d'abord demandé à M. (Emmanuel) Besnier, le président de Lactalis, de faire preuve de davantage de transparence, car je pense que la transparence est un gage de confiance pour les consommateurs et l'ensemble des Français", a déclaré le ministre qui s'est finalement présenté seul devant la presse. Plusieurs responsables politiques et syndicaux ont également critiqué l'attitude de l'État, dénonçant notamment une baisse du budget et du personnel au service de Bercy chargé de la répression des fraudes (DGCCRF). Et depuis hier, tous les laits infantiles du groupe produits sur le site ont été rappelés, quelle que soit la date de fabrication, tandis que des centaines de plaites de parents ont été déposées.

En feu, Saint-Etienne frappe encore et s'offre Ntep — ASSE
Après Yann M'Vila , la signature de Paul-Georges Ntep représenterait un deuxième gros coup pour les Verts. Sauf qu'aux dernières nouvelles, c'est les Stéphanois qui semblent le plus avancé sur le dossier.

Le gouvernement reproche au groupe laitier d'avoir manqué de transparence et tardé à réagir après la détection de salmonelle dans son usine de Craon, lors d'auto-contrôles réalisés en août et novembre.

La contamination à la salmonelle dans l'usine de Craon avait été révélée début décembre au public. C'est ensuite le rappel des lots en trois étapes en décembre qui a semé la zizanie. En France, les 35 nourrissons atteints - dont 18 qui avaient été hospitalisés - vont tous "bien", selon l'agence sanitaire Santé publique France.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, interrogée par Europe 1, avait déploré une "forme de résistance" de Lactalis pour le retrait de lots.

Articles Liés

Commentaires