Tanitnews

Jeux olympiques 2024 : un rapport alerte sur d'éventuels " surcoûts "


Après une polémique autour des salaires des dirigeants et une crainte concernant les transports, les Jeux Olympiques 2024 de Paris continuent d'inquiéter. Un rapport d'experts commandé par le gouvernement pointe des risques de délais non tenus et de surcoûts pour les sites des Jeux olympiques de Paris 2024.

Le site aquatique et le village olympique, qui doivent être construits à Saint-Denis, ainsi que la zone du Bourget, qui doit accueillir le village des médias et les compétitions de tir et badminton, sont évoqués dans cette note de l'Inspection générale des finances (IGF), de l'Inspection générale de la jeunesse et des sports (IGJS) et du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD).

Leur document, en fait une "note d'alerte" qui précéde leur rapport définitif, évoque de "réels risques à la fois de non-réalisation dans les délais de certains équipements mais aussi de surcoûts importants". Concrètement, le site aquatique, qui doit accueillir les épreuves de natation, supporte le risque de voir sa facture de 130 millions d'euros doublée en raison de la multiplicité des acteurs et de certains élus de vouloir en faire un site exceptionnel, résume une source proche du dossier, contactée par l'AFP.

La présidente Ameenah Gurib-Fakim refuse de démissionner — Maurice
La carte bancaire avait été fournie à Ameenah Gurib-Fakim pour faire la promotion d'un programme de bourses. Sur son site internet, le PEI a confirmé avoir été remboursé en intégralité.

Le projet prévoit également une zone olympique sur les communes du Bourget et de Dugny (Seine-Saint-Denis), avec diverses épreuves, un centre des médias et un "village" pour héberger les journalistes du monde entier, et là aussi une reconversion en quartier après les Jeux. Selon le quotidien "il y a peu de chance que les tournois" se déroulent sur ce site temporaire dont les aménagements nécessaires sont jugés "anormalement coûteux".

Pour le premier, on parle d'un budget revu à la hausse (de fait carrément doublé) et de retirer la moitié du projet des mains de la métropole du grand Paris pour la confier entièrement à la Solideo, société chargée de fournir les équipements. Il servira d'avertissement avant de signer les devis de construction et ainsi limiter les risques de dérives financières. Nous allons engager un travail de concertation avec les élus locaux afin d'explorer les nombreuses solutions qui s'offrent à nous " a-t-elle ajouté, rappelant un engagement ferme pour tenir les délais et les budgets.

L'Etat, qui déboursera 1 milliard d'euros sur les 6,8 milliards de budget prévisionnel total de Paris 2024, souhaite étudier des scénarios catastrophe grâce à un rapport réalisé par plusieurs ministères (Economie et finances, Sports et Transition énergétique) et dont la note qui a fuité ce mercredi n'est que l'avant-goût.

Articles Liés

Commentaires