Tanitnews

Les États-Unis démentent l'annonce d'Emmanuel Macron — Syrie


Une réunion d'urgence de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'est ouverte lundi matin à La Haye, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Deux sites situés à l'ouest de Homs figuraient parmi les objectifs visés dans l'opération menée dans la nuit de vendredi à samedi par les forces américaines, françaises et britanniques en réponse à une autre attaque chimique présumée imputée au régime syrien, le 7 avril dernier dans l'ex-ville insurgée de Douma, dans la Ghouta orientale.

L'agence officielle syrienne a affirmé que des missiles avaient été interceptés mardi par la défense aérienne dans le pays, trois jours après des frappes occidentales menées en représailles à une attaque chimique présumée qui fait l'objet d'une enquête de l'OIAC dont les enquêteurs sont attendus mercredi à Douma.

Moscou, grand allié du régime, s'est engagé à "ne pas s'ingérer" dans le travail de la mission, officiellement invitée par les autorités de Damas qui nient toute responsabilité dans le drame de Douma. Le texte inclut notamment la création d'un nouveau mécanisme d'enquête sur l'emploi d'armes chimiques. Les pays occidentaux tiennent le régime de Bachar el-Assad pour responsable de l'attaque chimique de Douma. Et les sites pris pour cibles étaient "complètement vides", a assuré l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), précisant que "les forces présentes avaient été évacuées".

Grève SNCF : les prévisions du trafic pour ce mercredi
En dépit des impacts sur les usagers, le conflit social à la SNCF commence à baisser en intensité médiatique. En région parisienne, la SNCF prévoit 9 Transiliens sur 10 et un trafic normal pour les RER.

Donald Trump, en mauvaise posture? Ces frappes constituent la plus importante intervention des puissances occidentales contre le président syrien en plus de sept ans de guerre civile.

" Le but de ces frappes a été de montrer qu'il y une ligne rouge qu'il ne faut pas dépasser", a expliqué son homologue belge Didier Reynders".

Emmanuel Macron a-t-il parlé trop vite? M. Poutine avait mis en garde dimanche les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni contre de nouvelles frappes en Syrie, qui entraîneraient "inévitablement le chaos" dans les relations internationales. Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad, s'est rendu dimanche à l'hôtel où réside la mission de l'OIAC à Damas et en est ressorti trois heures plus tard.

Articles Liés

Commentaires