Tanitnews

Un homme reçoit une seconde greffe du visage à Paris — Première mondiale


C'est un combat de 6 mois qui s'achève, mais un autre qui commence pour Jérôme Hamon, le premier homme aux trois visages. Mais en 2016 à cause d'un simple rhume, il avait ingéré des antibiotiques incompatibles avec son traitement immunodépresseur. Des moments difficiles à vivre, avec un faciès d'écorché vif.

"Toute l'équipe en réanimation a été époustouflée par le courage de Jérôme, sa volonté, sa force de caractère dans une situation tragique".

À patient exceptionnel, procédure exceptionnelle. "Il était même plutôt de bonne humeur", a raconté à la presse Bernard Cholley, anesthésiste-réanimateur. Depuis, il est encore hospitalisé à Georges Pompidou où il tente d'apprivoiser ses nouveaux traits et expressions qui appartenaient avant lui à un jeune homme de 22 ans. Le Pr Lantieri l'apprend un dimanche soir, le 14 janvier, ce qui déclenche une grosse logistique. Il faut que son nouveau visage s'adapte à la forme de son crâne, il est pour l'instant toujours fixe, et cela prendra du temps. Avec l'accord de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), une technique révolutionnaire a été employée pour la conservation du greffon: en plus d'être plongé dans un soluté classique, il a bénéficié des propriétés de l'hémoglobine de ver marin pour retenir l'oxygène. "Vers midi, l'équipe a effectué la préparation au niveau receveur: préparer les vaisseaux, préparer les nerfs, pour qu'on puisse ensuite faire cette transplantation", raconte le Pr Lantieri. Très vite, l'équipe constate que le greffon montre des signes de vie encourageants en se colorant.

Nigeria: Buhari invité à la Maison Blanche
Cette rencontre des deux présidents devrait être le lieu de rediscuter de la stratégie d'en finir avec le groupe terroriste. La lutte contre le terrorisme devient plutôt une question majeure de la politique de Muhammadu Buhari.

Le patient ressortira du bloc le mardi en fin de matinée, au terme d'une opération hors normes.

Pendant cette période, un traitement immunologique lourd est prévu pour éviter le rejet de cette deuxième greffe avec des séances de plasmaphérèse (changement du plasma sanguin) pour éliminer les anticorps développé contre le premier greffon et pour mettre son système immunitaire au repos.

En plus du risque médical évident, il y avait aussi le risque que Jérôme Hamon n'accepte pas psychologiquement ce troisième visage. "Mon visage, c'est celui que j'accepte". Effectivement, c'est une question d'identité. La Française Isabelle Dinoire, récemment décédée, avait été la pionnière en 2005.

Articles Liés

Commentaires