Tanitnews

Une française condamnée à perpétuité en Irak pour appartenance à Daech — Terrorisme


Alors qu'Emmanuel Macron s'est exprimé dimanche soir sur BFM TV, répondant aux questions de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, quant au sort des Français jugés en Irak, nous apprenons aujourd'hui la peine attribuée à la jihadiste française, Djamilah Boutoutaou, âgée de 29 ans, qui a été condamnée par la Cour pénale de Bagdad à la prison à perpétuité.

Lors de cette contre-offensive irakienne, 20 000 personnes ont été interpellées et risquent aujourd'hui la peine capitale, même s'ils n'étaient pas des combattants.

Djamila Boutoutaou a comparu dans un box grillagé en bois, vêtue d'une tunique rose et d'un foulard marron. En effet, au mois de février, quinze Turques et une Allemande ont été condamnés par un tribunal irakien au cours de procès dénoncés par des ONG. Si elle a affirmé n'avoir découvert les ambitions terroristes de son époux, qu'une fois arrivée sur place, la cour pénale centrale de Bagdad n'a pas été convaincue par sa version et l'a condamnée à la prison à perpétuité. Elle a expliqué qu'elle était d'origine algérienne et qu'elle s'était " convertie à l'islam alors qu'elle était chrétienne ".

Pour l'IoT, Microsoft se tourne vers... Linux — Azure Sphere
Azure Sphere Security Service , un service cloud clé en main dédié à la protection de chaque appareil Azure Sphere . Celui-ci devrait servir aux objets connectés, au sein d'une solution entièrement tournée vers l'IoT: Azure Sphere .

La jeune mère de famille explique avoir quitté la France avec son mari, chanteur de rap, en 2014 pour rejoindre la frontière turco-syrienne, rapporte le journal d'information Ouest-France. "Il a été contacté par un homme nommé al-Qourtoubi qui nous a emmenés mes enfants (Abdallah et Khadidja) et moi vers un endroit où nous étions forcés de nous cacher, mon mari m'avait dit 'je ne veux plus t'entendre' et il m'a forcé à rester dans une cave", a-t-elle encore raconté.

Après avoir découvert que son mari était un jihadiste, ils (son mari, son fils et elle-même) se sont installés dans le califat de l'EI, entre la Syrie et l'Irak, jusqu'en 2017. L'intéressée, qui a clamé son innocence et celle de ses enfants, victimes malgré eux de l'État islamique, a plaidé avoir été dupée par son mari, tué par la suite près de Mossoul.

C'est comme si j'avais passé deux ans en prison. Elle sera bientôt rejugée pour terrorisme.

Articles Liés

Commentaires