Tanitnews

2 Casques bleus disparus retrouvés "sains et saufs" — RDC


"Ils quittaient Kongolo pour se rendre à Kalemie". Onze autres ont été libérés le même soir. Pris en otage par des miliciens maï-maï après l'attaque d'un convoi de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), le vendredi 11 mai 2018, ils ont été libérés mercredi, a annoncé par Florence Marchal.

Du matériel militaire et de munitions appartenant à la MONUSCO ont été également saisis par les ravisseurs pendant l'embuscade. Pour rappel, le vendredi dernier, un convoi de soldats de la monusco a été attaqué par des MAÏ- MAÏ, une milice d'autodéfense très active dans le Tanganyika (région du sud-est de la RDC). "Deux soldats du contingent béninois sont portés disparus", a déclaré à la presse la porte-parole.

La mort d'un étudiant après de violentes manifestations embrase les universités — Sénégal
Selon le journal, la balle a occasionné une plaie pelvienne, avec lésions viscérales, une rupture des vaisseaux. La même publication s'interroge sur la gestion des bourses des étudiants et titre: "L'opacité totale".

Il s'agissait de l'attaque la plus meurtrière en RDC contre la Mission des Nations unies au Congo depuis son déploiement, en 1999.

La force de la Monusco est le plus important contingent onusien au monde avec un " effectif maximum autorisé de 16.215 militaires, 660 observateurs militaires et officiers d'état-major, 391 policiers et 1.050 membres d'unités de police constituées", selon la dernière résolution du Conseil de sécurité.

Articles Liés

Commentaires