Tanitnews

AT&T/Time Warner: le feu vert ouvre la voie à d'autres grandes manoeuvres


En tout état de cause, le jugement de mardi a reçu des réactions contrastées, l'association de défense des consommateurs dans le numérique Public Knowledge se disant "déçue", estimant que cette fusion entrainerait des "factures plus élevées" et moins de choix dans les programmes et les fournisseurs d'accès.

Ce procès antitrust était le plus gros de ce type depuis celui contre Microsoft qui avait failli aboutir à son démantèlement dans les années 90.

"Cette décision aura un impact gigantesque car il y a extrêmement peu de procès anti-monopoles sur des fusions verticales", c'est-à-dire entre des groupes qui ne sont pas directement concurrents, explique Michael Carrier, professeur de droit à la Rutgers University.

Comme en témoigne le rachat, bien plus récent, pour 17 milliards de dollars, par le câblo-opérateur Comcast de NBC Universal en 2013, qui ne fait plus guère couler d'encre.

AT&T est le premier câblo-opérateur américain et le deuxième opérateur mobile et Time Warner constitue un énorme groupe de médias, propriétaire notamment de la chaîne HBO, des studios de cinéma Warner ou encore de la chaîne d'informations CNN.

AT&T et Time Warner ont assuré que leur alliance était indispensable pour lutter contre les géants technologiques, comme Netflix et Amazon, qui produisent films, séries ou documentaires, ou encore Apple, Google et même Facebook, qui misent aussi de plus en plus dans la création de contenus.

Jawad le "logeur de Daech" interné en psychiatrie
La cour n'a pu déterminer s'il savait qu'il logeait des terroristes des attentats du 13 novembre 2015, dont Abdelhamid Abaaoud. Depuis sa sortie de prison, l'homme, qui poste régulièrement photos et vidéos sur Snapchat, a donné plusieurs interviews.

Cette décision était aussi scrutée notamment par d'autres groupes engagés dans de grosses fusions, comme Fox et Disney, qui ont annoncé un rapprochement en décembre et se préparent à un long examen par les autorités de la concurrence.

Le feu vert de mardi pourrait aussi pousser le câblo-opérateur Comcast à lancer une contre-offre afin de racheter les actifs de Fox déjà promis à Disney.

D'où l'idée pour AT&T et Time Warner de combiner canaux de distribution et contenus. C'est peine perdue: le juge a estimé que les autorités n'avaient pas pu apporter la preuve de l'aspect néfaste de cette fusion pour la concurrence et les consommateurs. Selon le juge, qui a publié ses attendus sur plus de 170 pages, le gouvernement n'a pas su prouver de possibles effets négatifs de l'opération.

Sans surprise, le ministère de la Justice s'est au contraire dit "déçu".

Donner raison au gouvernement marquerait un changement de cap important dans l'application des lois anti-monopoles aux Etats-Unis, car depuis des décennies, la plupart des fusions verticales ont été autorisées, tant que le consommateur n'en subissait pas des conséquences négatives.

A l'inverse, le think tank Tech Freedom s'est quant à lui réjoui de voir rejetées les ambitions du ministère de la Justice car sur ce dossier planent des soupçons d'ingérences politiques, le président Donald Trump ayant ouvertement critiqué le projet pendant la campagne de 2016. Pour beaucoup, il était déterminé à mettre des bâtons dans les roues à Time Warner parce que celui-ci détient CNN, une de ses cibles favorites.

Articles Liés

Commentaires