Tanitnews

Ce qu'il faut retenir de l'intervention d'Emmanuel Macron devant le Congrès


Il n'en a pas été question hier dans le discours d'Emmanuel Macron, alors que ses conséquences peuvent s'avérer bien pires que la crise financière mondiale de 2008, celle qui avait conduit Nicolas Sarkozy à faire usage en premier du droit d'adresse présidentiel aux parlementaires.

"Alors que "des pans entiers de notre population sont trop peu ou trop mal couverts" par la Sécurité sociale", ou que "nous sommes aujourd'hui laissés seuls face à des risques majeurs comme celui de la perte d'autonomie, des retraites incertaines", la "priorité" est aujourd'hui de construire "un État providence émancipateur, universel, efficace, responsabilisant, c'est-à-dire couvrant davantage, protégeant mieux, s'appuyant aussi sur les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous", a-t-il déclaré.

Il sera basé sur "un nouveau contrat social" dont Emmanuel Macron discutera le 17 juillet avec les syndicats et le patronat, invités à l'Elysée. Il a présenté l'objectif du gouvernement. "Libérer l'investissement en France par une fiscalité adaptée, compétitive, c'est faire revenir dans notre pays les investisseurs étrangers qui l'avaient quitté. Peut-être les 28 peuples qui composent l'Union n'avanceront pas tous au même pas, mais ils se montreront capables d'agir ensemble", a concédé le chef d'État, ouvrant la voie à une "Europe à deux vitesses". "Non pas de nouvelles aides, en solde de tout compte, mais un accompagnement réel vers l'activité ", a-t-il ajouté.La présentation du plan pauvreté, issu d'une concertation lancée en grande pompe à la fin 2017, devait initialement être faite le 10 juillet. Il a été reporté la semaine dernière à la rentrée, suscitant la déception et les critiques des associations. "Dès l'automne, nous clarifierons cette situation en donnant à l'islam un cadre et des règles garantissant qu'il s'exercera partout de manière conforme aux lois de la République". M. Macron avait confié en février son intention de "poser les jalons de toute l'organisation " de la deuxième religion de France.

Des "assises territoriales", en vue d'améliorer la représentation institutionnelle du culte musulman, le financement des mosquées et la formation des imams et aumôniers, doivent être organisées d'ici au 15 septembre.

Les autopsies des cinq corps débuteront jeudi — Meurtres à Pau
Les cinq corps ont été transportés à l'Institut médico légal de Toulouse où ils devraient être autopsiés dans les prochains jours. La Rep indique également que l'appartement où a eu lieu le drame était celui d'une famille d'Espagnols.

"Le combat est clairement posé".

"Une politique pour les entreprises, ce n'est pas une politique pour les riches. C'est une politique pour toute la nation, une politique pour l'emploi, une politique pour les services publics" et "pour ceux qui restent en marge", a insisté le chef de l'État.

Le chef de l'Etat est revenu sur la critique d'une politique pour les riches en assurant ne pas aimer les "castes ", les "rentes " et les "privilèges " et vouloir une politique pour les entreprises: "Une politique pour les entreprises, ce n'est pas une politique pour les riches". "Je ne leur demanderai pas de s'engager par la loi mais par des engagements actifs, immédiats, visibles, de créations d'emplois, d'embauche d'apprentis" avec "une mobilisation pour nos territoires des principales entreprises et des investisseurs".

Articles Liés

Commentaires