Tanitnews

Nissan: méthodes de contrôle de pollution de véhicules inappropriées


Nissan, partenaire de Renault, n'a pas précisé dans ce document le nombre de véhicules concernés ni la durée, en mois ou années, durant laquelle ces méthodes illégales ont été employées.

Dans un communiqué, Nissan a déclaré avoir trouvé "des émissions d'échappement et des tests d'économie de carburant qui s'écartaient de l'environnement d'essai prescrit" et des rapports d'inspection ont été créés "sur la base de valeurs de mesure modifiées".

Le constructeur automobile Nissan a admis lundi que la majorité de ses usines au Japon ont utilisé des méthodes de contrôle de pollution inappropriées pour la vérification de 19 modèles de véhicules vendus au Japon.

Nissan sur les pas de Volkswagen, dans le mauvais sens, et c'est pour le moins un scandale.

Nissan a affirmé vouloir prendre les mesures qui s'imposent pour éviter que de tels manquements se reproduisent et a annoncé son intention de remplacer d'ici fin juillet son mécanisme de test.

Wimbledon: Federer éliminé en quarts de finale malgré une balle de match
Tout allait bien jusqu'à cette balle de match non concrétisée à 5-4 sur le service du Sud-Africain dans le troisième set. Le Serbe s'est qualifié grâce à son succès devant le Japonais Kei Nishikori (6-3, 3-6, 6-2, 6-2).

Le constructeur automobile nippon avoue des falsifications de contrôles de pollution concernant les véhicules produits au Japon. Quant au modèle de sport GT-R, Nissan n'a pas précisé dans le communiqué quel était le problème rencontré.■.

L'industriel indique avoir conduit, depuis septembre dernier, des missions d'inspection dans ses usines dont les conclusions ont été adressées au ministère du territoire, des infrastructures, du transport et du tourisme.

Des investigations sont en cours mais d'après Nissan, les véhicules sont conformes aux normes de sécurité japonaises et leurs émissions gazeuses correspondent aux spécifications du catalogue.

La Nissan GT-R pollue plus qu'elle ne devrait.

L'action Renault, qui a perdu jusqu'à 2,6 % en début de séance, a réduit ses pertes après la conférence de presse de Nissan. Elle affichait la plus forte baisse du CAC 40, qui gagnait alors 0,23%. A 18 h locales, ce lundi soir à la Bourse de Tokyo, le titre du constructeur perdait 4,56 %.

Articles Liés

Commentaires