Tanitnews

Épidémi de choléra en Algérie : un deuxième décès suspect


Il a précisé que le foyer recensé à Aïn Bessam, où trois personnes d'une même famille ont été hospitalisées entre le 7 août et le 14 août, "n'était désormais plus actif", aucun nouveau cas n'y ayant été enregistré depuis.

Selon les informations rendues publiques, 41 cas ont été enregistrés dans les wilayas de Blida, Tipaza, Bouira et Alger.

Face à la panique générale qu'a suscitée l'annonce de 41 cas confirmés de choléra avec un décès et l'admission de plusieurs dizaines de cas suspects dans des hôpitaux du centre du pays, les pouvoirs publics tentent d'en minimiser l'importance. Tipaza a recensé 11 cas confirmés sur les 18 cas suspectés et Bouira 3 des 6 cas.

"Le ministère de la santé s'est également voulu rassurant par rapport à la propagation de cette maladie potentiellement mortelle". La sortie médiatique des représentants des deux autorités médicales n'a pas permis de connaître les causes de cette épidémie. Le choléra est une infection contagieuse grave qui entraîne la mort, suite à des diarrhées aigües causées par le bacille Vibrio cholerae, qui se propage en l'absence d'hygiène ou suite à la consommation d'eau ou de fruits et légumes contaminés.

Ne jetez plus vos lentilles de contact dans le lavabo — Environnement
La dégradation est très lente et les lentilles de contact subsistent sous forme de pollution microplastique dans les cours d'eau. On ne s'attend pas à ce que les lentilles soient biodégradables car ce sont des dispositifs médicaux.

Cette information a été confirmée par l'institut Pasteur qui continue d'enquêter.

En revanche, cinquante cas ont été enregistrés dans la seule wilaya de Blida, ont révélé les responsables concernés du ministère de la Santé qui ont convoqué toute la presse nationale au niveau du siège du ministère pour communiquer longuement et en direct pendant des heures mais aussi sensibiliser la population sur les mesures à prendre en cas de suspicion de l'apparition de cette maladie facilement transmissible notamment au toucher.

Par ailleurs, le directeur de la Santé de la wilaya d'Alger, Mohamed Miraoui, a indiqué vendredi que "l'eau du robinet est potable et n'est pas à l'origine de l'épidémie du choléra".

Le ministère de la Santé est sur le qui-vive après les 40 cas de choléra signalés en Algérie et les risques d'épidémie que pourraient provoquer les dernières intempéries.

Articles Liés

Commentaires