Tanitnews

Vers un revenu universel d'activité — Pauvreté


Sauf que certaines aides ne sont pas versées par les mêmes organismes.

Il donne aussi des gages à l'aile gauche de sa majorité, qui appelait à un tournant social de la politique gouvernementale jugée trop libérale par certains élus.

Le coût de ces mesures a été évalué à huit milliards d'euros sur quatre ans, jusqu'à la fin du quinquennat, qui "sont entièrement financées" selon l'Elysée. Or, on sait très bien que pour les enfants des familles les plus modeste, le plat de la cantine est souvent le principal repas.

Emmanuel Macron a ainsi annoncé la création, par une loi en 2020, d'un revenu universel d'activité qui fusionne les prestations sociales - du RSA aux APL.

Au début de son discours, il a ainsi repris sa formule sur les "premiers de cordée" qu'il avait utilisée à l'automne 2017 et qui lui avait valu une volée de bois vert. "N'oublier personne, c'est dire aux premiers de cordée, n'oubliez pas les derniers de cordée", a-t-il justifié en reprenant une métaphore qui lui avait été reprochée.

Avant de s'exprimer devant plusieurs ministres, dont celle des Solidarités Agnès Buzyn, M. Macron a entendu les témoignages "de personnes vivant dans la précarité ou ayant réussi à en sortir" interrogées par le délégué interministériel chargé du dossier, Olivier Noblecourt. En 2016, la France comptait 8,8 millions de personnes pauvres, soit 14 % de la population, selon l'Insee. Ce taux monte à 19,8% pour les moins de 18 ans.

Elle s'appuiera sur deux "piliers", la prévention de la précarité, notamment chez les plus jeunes, et l'aide à la réinsertion vers l'emploi. Face à la multiplication des campements, 271 millions d'euros de plus seront investis pour la construction de logements.

La Tunisie débute par une défaite face au Cameroun — Mondial de volley
Après une longue préparation, la Sélection nationale de volley-ball va entamer, après-demain, mercredi, son dixième Mondial. La Tunisie est une équipe qui s'est bien préparée.

"L'accès à la cantine sera rendu plus universel en développant les repas à un euro", a précisé Emmanuel Macron.

En outre, le dispositif "garantie jeune", pour les 16-25 ans les plus éloignés de l'emploi, sera étendu à "500.000 jeunes avant la fin du quinquennat", contre 100.000 actuellement. Emmanuel Macron souhaite qu'une "obligation de formation jusqu'à 18 ans" soit mise en place. Des moyens supplémentaires seront attribués aux missions locales pour qu'elles repèrent les décrocheurs du système scolaire et leur proposent des formations.

L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance. Les modes de garde de 0 à 3 ans seront réformés en profondeur avec un accompagnement renforcé pour les 600 000 professionnels de la petite enfance dès 2019.

Ensuite, l'aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS) sera bientôt intégrée à la couverture maladie universelle (CMU-C).

Dans le but de faciliter cette (ré) insertion professionnelle, divers dispositifs - tels que les chantiers d'insertion, les territoires zéro chômeurs, le Travail alternatif payé à la journée (Tapaj) - doivent être étendus à 100.000 bénéficiaires supplémentaires d'ici 2022, contre 140.000 aujourd'hui. Cette mesure vise à simplifier le recours à ces dispositifs, afin que davantage de bénéficiaires se fassent connaître.

"Je souhaite créer par une loi en 2020 un revenu universel d'activité, dont l'Etat sera intégralement responsable" (...) Ne l'appelez pas RUA.

Ce qu'il faut avant tout retenir des mesures qui seront prises, espérons-le, concernant le système social est qu'une amélioration de l'accès aux soins est souhaitées ainsi qu'une simplification du système des aides sociales. Car "seuls 9% des personnes au RSA retrouvent un travail dans l'année", a souligné le chef de l'Etat.

Articles Liés

Commentaires