Tanitnews

Le numerus clausus sera supprimé en 2020 — Études de médecine


Emmanuel Macron a dévoilé les contours du plan hôpital dans un grand discours de plus d'une heure depuis l'Elysée en ce mardi 18 septembre.

Rien n'est perdu, le JIM vous livre ici la substantifique moelle d'une réforme présentée comme la plus importante, en la matière, depuis 1958!

Le Président de la République s'est fixé comme objectif premier de redonner du temps médical aux soignants.

Le gouvernement prévoit de créer 4000 postes d'assistants médicaux. Ces derniers "déchargeront le médecin d'actes simples", comme la prise de tension ou de températures, ainsi que de tâches administratives, a expliqué Macron.

Des postes subventionnés, réservés aux praticiens exerçant en groupe ou au sein d'une équipe de soins, et à la condition qu'ils s'engagent à accepter de nouveaux patients et à assurer les "urgences de ville", c'est-à-dire des consultations sans rendez-vous en journée.

Capcom Vancouver : Le studio officiellement fermé par la maison-mère
Pour soutenir cet objectif, de nouvelles installations de R&D et des recrutements annuels sont en cours au siège d'Osaka. J'aime les zombies et Cthulhu .

"Suppression du numerus clausus Emmanuel Macron a assuré que " le numerus clausus sera supprimé pour cesser d'entretenir une rareté superficielle ". De plus, la fin du numerus clausus va permettre de diversifier les profils. Je ne sais pas comment se passera désormais l'entrée en première année, mais je pense que la suppression du numérus clausus est une bonne chose. A aussitôt suivi une conférence de presse de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn.

Dans la même veine, M. Macron a confirmé souhaiter que "dès 2019, 400 postes supplémentaires de médecins généralistes à exercice partagé ville-hôpital puissent être financés et envoyés dans les territoires prioritaires" pour lutter contre les déserts médicaux.

La fin du médecin solitaire...

... Sur ce point, il a souligné également qu'à titre personnel il souhaitait que cette prise en charge non hospitalière des urgences s'organise jusqu'à 22 heures après négociations entres les syndicats de médecins et la CNAM. Au total, le souhait du président est que soient créées 1 000 CPTS d'ici à 2022.

Aussi, l'enveloppe récompensant la qualité des soins sera portée de 60 à 300 millions d'euros dès 2019.

Dès 2019, de nouveaux financements seront mis en oeuvre pour des maladies chroniques comme le diabète et l'insuffisance rénale, obligeant hôpitaux et professionnels de santé libéraux à se coordonner et à partager une rémunération forfaitaire. "Il n'y aura plus de paiement à chaque consultation, mais un forfait pour solde de tout compte, charge à l'hôpital de faire en sorte que ses patients n'aient pas besoin de revenir vingt fois ", fait-on valoir à l'Élysée, où l'on explique avoir "mobilisé toutes les sociétés savantes pour calibrer le plus possible le parcours de soin idéal ". Il faut bien faire une sélection donc autant la faire le plus tôt possible parce qu'après trois ans d'études de médecine, que vont faire ces étudiants qui seront déjà bien spécialisés? Je me réjouis de la volonté de privilégier une approche territoriale de la santé où médecine libérale et médecine hospitalière travaillent ensemble dans une logique de proximité. Un "label" d'hôpital de proximité sera créé, notamment à la faveur des fermetures, pour 500 à 600 établissements qui accueilleront médecine générale, polyvalente, gériatrique et soins de suite, avec des plateaux techniques de biologie, d'imagerie ou de télémédecine.

Articles Liés

Commentaires