Tanitnews

De nouveaux implants mammaires accusés de favoriser le cancer — Seins


Il les accuse de provoquer un cancer très rare, le lymphone anaplasique à grandes cellules.

Le médecin fonde ses accusations sur un rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) publié en juillet 2018.

Si une cinquantaine de cas ont été recensés en France, le docteur Christian Marinetti conseille de ne pas s'affoler, mais de les surveiller. La prothèse mammaire Biocell de l'Américain Allergan est texturée, c'est-à-dire que pour mieux adhérer au sein, elle a un aspect granuleux. "C'est aussi pour ça que nos prothèses sont le plus citées dans ces cas de cancers".

Ne pas s'affoler toutefois. "Comme pour un médicament, les prothèses ont des effets secondaires". Les cas de cancer restent rares, et pour l'heure, Christian Marinetti conseille une surveillance attentive des prothèses Biocell et non de les retirer. Selon lui, le risque de développer ce cancer est faible, même s'il est important d'en tenir compte. Christian Marinetti ne veut pas bannir ces implants. Il dénonce cette fois la dangerosité de certaines prothèses mammaires fabriquées par le leader mondial du marché Allergan. La prothèse Biocell est la plus utilisée dans la chirurgie réparatrice: " Elle a permis à des tas de femmes qui ont eu un cancer du sein, qui ont été amputées du sein, de retrouver une apparence physique normale", explique le chirurgien.

L'assassinat en pleine rue d'une ancienne Miss Irak et "influenceuse" suscite l'indignation
Ce contexte particulier a conduit de nombreux admirateurs de Tara Fares à faire un lien entre son meurtre et ces cas précédents. Rafik al-Yaseri, que l'on appelait "la Barbie d'Irak", chirurgien esthétique de profession, a été abattue à son domicile.

Christian Marinetti n'est pas le seul à s'inquiéter de ces implants mammaires.

Vers un nouveau scandale pour les prothèses mammaires? Après la publication de l'alerte, le porte-parole d'Allergan avait déclaré que l'entreprise était en train de rechercher la raison précise de l'arrivée des lymphomes. Mais l'entreprise se défend: "C'est parce que nous sommes aussi la marque la plus implantée".

De son côté, Allergan France reconnaît que la part de ses prothèses dans les cas de lymphome est particulièrement importante. Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP, a été condamné en appel à 4 ans de prison en mai 2016.

"MyPeBS" (pour "personalising breast screening") va mobiliser 20 000 femmes volontaires en France, 30 000 en Italie, 15 000 en Israël, 10 000 en Belgique et 10 000 au Royaume-Uni durant 6 ans. "Il n'est pas question, comme dans l'affaire PIP, de fraude, a martelé Francis Lemoine. Ni pour l'instant de retrait. Nous nous conformerons évidemment aux recommandations des autorités sanitaires qui seront prises à l'automne." . Ces dernières devraient être rendues publiques avant la fin du mois de novembre.

Articles Liés

Commentaires