Tanitnews

Nouvelle polémique sur la composition du médicament — Levothyrox


Le CNRS et l'université Toulouse III Paul-Sabatier ont annoncé avoir demandé (et obtenu) l'annulation d'une conférence de presse qui devait avoir lieu ce vendredi 5 octobre 2018, pendant laquelle un chercheur toulousain du CNRS devait présenter ses analyses de la nouvelle formule du Levothyrox, ce médicament destiné aux malades de la thyroïde.

Fin de l'histoire? Pas vraiment.

Le chercheur qui a confié mercredi avoir découvert des "éléments impurs" dans la nouvelle formule du Levothyrox s'est fait couper le sifflet par le CNRS.

Sur quoi le chercheur s'est-il basé?

Tout commence par des analyses commandées par l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT) en juin dernier.

Le salaire minimum augmenté aux États-Unis — Amazon
Une décision saluée par une bonne partie de la classe politique locale, comme le sénateur démocrate Bernie Sanders: "Ce que M. Les entreprises sont en effet de plus en plus nombreuses à augmenter les salaires de leurs employés.

A son tour, l'Agence du médicament ANSM se veut rassurante. "Il n'y a pas de " nouvelle-nouvelle formule ". Il aurait alors décelé une anomalie sur l'une des figures qui, selon lui, serait le signe de la présence d'une molécule suspecte.

"Ce pic d'impureté alerterait le moindre scientifique", avait-t-il assuré, sans nommer les substances selon lui en cause.

"Le CNRS et l'université Toulouse III Paul Sabatier ont demandé l'annulation d'une conférence de presse consacrée à des analyses du Levothyrox, prévue ce vendredi 5 octobre à Toulouse". Chacun d'entre eux, ils le sont à plus forte dose dans les médicaments nouvelle formule, délivrés en 2017, et aussi par rapport à ceux de la " nouvelle, nouvelle formule", que l'on trouvait en pharmacie cet été. "Les résultats annoncés par Jean-Christophe Garrigues n'ayant pas été validés par le processus d'évaluation par les pairs propre à la communauté scientifique, le CNRS considère qu'ils ne constituent pas en l'état actuel des faits scientifiques", a ajouté l'institution dans un communiqué de presse, tout en se montrant favorable à ce que ses laboratoires compétents dans le domaine réalisent des analyses dans les règles de l'art. Celui-ci a effectué ses analyses en utilisant les équipements de son laboratoire sans en avoir informé sa hiérarchie. Aucune anomalie n'a été décelée et toutes ont au contraire confirmé la bonne qualité du médicament.

Ce n'est pas la première fois que la composition du médicament est incriminée pour expliquer les milliers de cas d'effets indésirables survenus suite à l'arrivée de la nouvelle formule.

Articles Liés

Commentaires