Dernières nouvelles

Kepler : voilà, c'est fini pour le chasseur d'exoplanètes


Le télescope avait été braqué sur deux constellations de la Voie lactée, celles du Cygne et de la Lyre, avec des millions d'étoiles dans son objectif, à une résolution extraordinaire pour l'époque de sa conception. Mais elle est si proche de son étoile qu'une de ses faces est probablement en fusion, un monde de lave. Depuis deux semaines, des signes montraient qu'il était à bout de carburant. Périodiquement et une première fois vers 2060, son orbite se rapprochera de la Terre, mais jamais à moins de 1,6 million de kilomètres de notre planète. De l'eau liquide s'y trouve peut-être. En 2014, enfin, la première vraie cousine de la Terre est repérée: numéro 186f, à 580 années-lumières.

Des centaines de découvertes suivent et révolutionnent notre connaissance de la galaxie. "Maintenant, grâce au télescope spatial Kepler et à sa mission scientifique, nous savons que les planètes sont plus communes que les étoiles dans notre Galaxie", ajoute Paul Hertz, du département d'astrophysique de la NASA.

Pour William Borucki, à l'origine de la mission, "Kepler a ouvert la voie à l'exploration du cosmos par l'humanité " et l'une de ses plus importantes découverte "reste celle de Kepler 22b, un monde rempli d'eau plus grand que la Terre, mais où les températures, ni trop froides ni trop chaudes, pourraient mener à la vie ".

L'analyse la plus récente des découvertes de Kepler conclut que 20 à 50% des étoiles visibles dans le ciel nocturne sont susceptibles d'avoir de petites planètes, éventuellement rocheuses, de taille similaire à la Terre et situées dans la zone habitable de leurs étoiles mères.

Kepler tire sa révérence mais la relève est déjà là pour nous faire rêver avec l'espace.

Читайте также: Rai dénonce un vote "guidé par la haine" — Élection de Bolsonaro

En 2013, des problèmes mécaniques avaient précipité la fin de la mission originale du télescope, qui au départ ne devait durer que trois ans et demi. Mais les ingénieurs de la Nasa avaient trouvé un ingénieux système pour continuer à le stabiliser afin qu'il continue à fonctionner.

Il avait emporté 12 kg de carburant en 2009 pour son moteur, qui servait à corriger les dérives et contrôler l'orbite, et les ingénieurs savaient que la mission ne pourrait pas durer éternellement.

Pour ce qui est de la chasse aux exoplanètes, le flambeau est repris par le satellite de la Nasa TESS, lancé en avril dernier.

Les astronomes passeront encore sans doute des années à analyser les clichés pris par Kepler.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Articles Liés

Commentaires