Tanitnews

Deux immeubles s'écroulent en plein centre ville de Marseille


Ses occupants devaient donc a priori avoir été évacués.

Les deux bâtiments de 4 et 5 étages, très vétustes, situés rue d'Aubagne, étaient réduits lundi matin à un amas de détritus, a constaté.

En fin de matinée, quelque 85 marins-pompiers et deux équipes cynotechniques étaient à pied d'œuvre dans la petite rue commerçante du quartier populaire de Noailles, à deux pas du Vieux-Port et de la Canebière. Dans ce communiqué, la mairie confirme que le 63 de la rue d'Aubagne, qui appartient au bailleur Marseille Habité, avait été muré et sécurisé. "Structurellement, les immeubles à Marseille se tiennent les uns avec les autres donc on ne veut pas prendre de risque et on fait évacuer cet îlot", a expliqué Julien Ruas. Selon nos informations, une trentaine de marins pompiers et une brigade cynophile sont sur place à la recherche d'éventuelles victimes.

Après l'effondrement, deux bâtiments mitoyens sont fragilisés, indiquent les marins-pompiers, qui procèdent aux opérations de déblaiement après avoir sécurisé la zone. Pour l'heure, le nombre de victimes n'est pas encore connu hormis deux blessés légers.

GERARD JULIEN via Getty Images Les débris des immeubles effondrés rue d'Aubagne, à l'intérieur du périmètre de sécurité installé par les secours.

"Notre souci c'est de savoir s'il y a des habitants sous les décombres ou même des passants qui auraient été emportés au moment où l'immeuble s'est effondré", a commenté sur place le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin, évoquant un accident "gravissime". Un troisième a été en partie touché et menace de s'effondrer.

Le mari d'Asia Bibi demande l'asile — Pakistan
A ces manifestations, l'avocat réagit: "Je m'y attendais mais ce qui est douloureux, c'est la réponse du gouvernement". Très critiqué, le gouvernement est accusé d'avoir capitulé face aux radicaux.

Une femme sortant de l'immeuble couverte de poussière, portant un badge "indemne", a été éloignée par les secouristes.

On ne sait pas si les immeubles étaient habités au moment de l'effondrement. Une autre voisine, Sofia Benameur, a elle aussi entendu un bruit "qui faisait "badaboum, badaboum" comme des pierres, et d'un coup il y a eu plein de fumée chez moi j'ai dû sortir en courant". "Je n'ai pas entendu le bruit d'une explosion", a narré à l'AFP Djaffar Nour, qui faisait ses courses à quelques dizaines de mètres.

"Il y a eu un gros boum et ça s'est effondré d'un coup", a témoigné Ludovic, étudiant de 26 ans, qui habite en colocation en face de l'immeuble qui s'est effondré.

Une cellule de suivi est ouverte à la préfecture. La police nationale conseille aux riverains d'éviter le secteur.

"Derrière la carte postale idyllique, on mesure une fois de trop les échecs de la politique de l'habitat et du centre-ville", a déclaré la sénatrice socialiste de Marseille Samia Ghali, taclant la municipalité.

Articles Liés

Commentaires