Tanitnews

Trump devra cohabiter avec les Démocrates


05h11: Les démocrates ont engrangé une précieuse victoire mardi soir dans les élections américaines de mi-mandat, en prenant le contrôle partiel du Congrès, mais la "vague" anti-Trump un temps annoncée n'a pas eu lieu.

Quant à ses déclarations de revenus, qu'il a toujours refusé de rendre publiques contrairement à ses prédécesseurs, il a dit qu'il n'avait pas changé d'avis, invoquant des contrôles fiscaux en cours depuis des années: " Personne ne publie sa feuille d'impôts pendant un contrôle fiscal ".

Les démocrates ont donc emporté la Chambre des représentants. Le président Donald Trump est affaibli et la probabilité qu'il soit réélu en 2020 a diminué.

C'est la 5e fois en 108 ans que le président réussit à faire des gains au Sénat lors des élections de mi-mandat.

Le Sénat américain compte 100 sièges.

Le président Trump devra par contre mettre de l'eau dans son vin pour adopter ses politiques puisque son parti a perdu le contrôle de la Chambre des représentants.

Incendies en Californie. Au moins cinq morts, Malibu menacée
L'Etat de Californie fait également face à un autre feu au nord qui a fait neuf morts cette semaine. Les évacuations concernent le nord de la station balnéaire, célèbre pour ses plages de sable blanc.

Concernant le Sénat, la performance fut au rendez-vous. C'est la restauration des pouvoirs et des contrepouvoirs constitutionnels face à l'administration Trump.

LIRE AUSSI La "cohabitation" avec les démocrates peut-elle gêner Donald Trump?

La participation a été très forte pour des élections de mi-mandat: elle est estimée à environ 47% contre 37% en 2014 par l'expert Michael McDonald. Si les démocrates risquent au final de perdre quatre de leurs sièges sans en conquérir un seul, ils ont aussi réalisé des scores substantiels dans de nombreux bastions républicains: ils perdent de justesse au Texas, sauvent leurs sièges dans les très rouges Montana et Virginie-Occidentale et les conservent très largement dans la "Rust Belt", ces États du Midwest (Wisconsin, Michigan, Ohio...) devenus le symbole de la défaite de Hillary Clinton en 2016 et où Trump était supposé être l'idole de l'électorat populaire. Après deux ans d'une présidence Trump, qui a profondément divisé les Américains, les Démocrates promettent donc d'utiliser leur nouvelle majorité à la Chambre basse, à partir de janvier 2019, pour servir de "contre-pouvoir". Des déclarations de pure forme qui n'effacent pas les désaccords profonds entre les deux camps et promettent bien des bras de fer, sur le budget par exemple. ", a ajouté dans un tweet celui qui n'a désormais plus qu'une date en tête: le 3 novembre 2020, date de la prochaine élection présidentielle américaine".

Le milliardaire, qui avait commencé sa campagne présidentielle en traitant les immigrés mexicains de "violeurs", a de nouveau opté cette année pour un message anxiogène sur l'immigration, n'hésitant pas à déployer des milliers de militaires à la frontière avec le Mexique. Le Congrès sera donc à près d'un quart féminin. À en juger par l'affluence et l'applaudimètre de ses meetings, mais aussi par les résultats qui restent mitigés pour les Démocrates, le président n'a pas perdu l'approbation des foules et son style décapant n'a pas détourné les Américains. Ils ont obtenu 48.379.440 voix, soit 50,7% des suffrages exprimés. Lors de leur séance du lendemain, mercredi 7 novembre 2018, les marchés financiers ont d'ailleurs applaudi le fait que la gauche ne remporte pas les deux chambres du Congrès par des gains des indices de plus de 2 %.

La carte électorale sénatoriale jouait grandement, cette année, en faveur des républicains: le renouvellement par tiers concernait des Etats majoritairement conservateurs.

Donald Trump a appelé le chef de ses troupes au Sénat, Mitch McConnell, pour le féliciter "sur les avancées historiques" à la chambre haute, où son parti a renforcé sa majorité, selon sa porte-parole Sarah Sanders.

Articles Liés

Commentaires