Tanitnews

La détresse d'un éleveur de Bresse — Ain


Aloïs Gury, un éleveur bressan dont les volailles sont servies à l'Elysées, pousse un coup de gueule contre la politique d'Emmanuel Macron dans une vidéo devenue virale ces derniers jours.

Les larmes aux yeux, Aloïs Gury reconnaît ensuite que "c'est [s] a mère qui [lui] fait 50 euros de courses tous les samedis" et confie n'avoir eu qu'une semaine de vacances en octobre, offerte par la Sécurité sociale agricole, appelée "aide". "Monsieur Macron, vous ne méritez pas de manger mes volailles", lance-t-il avec véhémence.

GP d'Abu Dhabi : Encore une pole pour Lewis Hamilton
Au classement du championnat du monde Constructeurs , Renault a atteint son objectif en décrochant la quatrième place. Comme les autres pilotes , Hamilton n'a effectué qu'un seul arrêt pour changer de pneus mais dès le 7ème tour.

En attendant, il compte sur les fêtes de fin d'année, la période la plus importante pour vendre ses volailles de Bresse, afin de remplir un peu les caisses. "J'ai régalé Donald Trump, Angela Merkel, Vladimir Poutine, mais je ne m'en sors pas", explique-t-il avec dépit. En cette période de contestation sur le pouvoir d'achat, l'éleveur de l'Ain, en gilet jaune, se rappelle au bon souvenir d'Emmanuel Macron. Selon Le Progrès, l'éleveur en colère travaillait chez Renault Trucks et s'est converti à la production de viande de poulet il y a 5 ans.

Il élève depuis cinq ans 16 000 volailles sur l'exploitation qu'il loue à la communauté de communes de Montrevel. Mais avec 80 heures de travail par semaine et un salaire de 700 euros, impossible de vivre décemment.

Articles Liés

Commentaires