Tanitnews

Ce que l'on sait du nouvel accord commercial nord-américain


Le nouveau traité de libre-échange nord-américain entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada sera officiellement signé vendredi à Buenos Aires à l'occasion du G20, a annoncé mercredi le ministre des Affaires étrangères mexicain, Luis Videgaray.

L'Amérique du Nord est la plus zone de libre-échange au monde, avec des échanges représentant un montant total de 1 200 milliards de dollars par an.

Pour l'anecdote, chacun des trois pays a rebaptisé le traité en se plaçant en tête de l'acronyme: USMCA pour les Etats-Unis, TMEC (Traité Mexique-Etats-Unis-Canada) pour le Mexique et CUSMA (Canada-United States-Mexico Agreement, en anglais) pour le Canada.

Dans une allocution précédant la signature dans la capitale argentine, où les trois dirigeants sont réunis pour le sommet du G20, Trump a souligné le caractère "historique" de cet accord et rappelé qu'il avait dû batailler pour faire renégocier l'Aléna, entré en vigueur en 1994, qu'il jugeait défavorable aux Etats-Unis. Les discussions visant à lever les surtaxes sur l'acier et l'aluminium imposées par Trump sur tous ses partenaires avant l'été, n'ont pour l'instant pas abouti, malgré le lobbying du Canada et du Mexique.

Pour le Mexique, il s'agira du ministre de l'Economie, Ildefonso Guajardo, a-t-il indiqué, sans toutefois préciser qui seraient les signataires pour les Etats-Unis et le Canada.

Beyoncé a écrit une émouvante lettre à Nelson Mandela
Je me rappelle de vos pas mesurés mais sûrs alors que vous vous remémoriez les combats, les sacrifices et la résilience. C'est le cas de la chanteuse Beyonce qui vient de lui rendre homme à travers une lettre émouvante.

Un des volets les plus importants concerne le secteur automobile qui a été totalement révolutionné par l'Aléna.

Pour le secteur automobile, l'Accord Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) prévoit des règles incitant à se fournir en matériaux et composants aux Etats-Unis et en Amérique Nord. Il prévoit aussi une provision forçant le Mexique à augmenter les salaires du secteur pour réduire les écarts avec les voisins du nord mieux payés. Ce qui est de nature à permettre aux producteurs américains un meilleur accès au marché canadien, comme le réclamait Washington. L'accord conserve aussi un mécanisme de règlement des différends dont les États-Unis cherchaient à se débarrasser, en plus d'élargir des protections en matière de propriété intellectuelle pour les produits pharmaceutiques biologiques et de céder aux agriculteurs américains une part de 3,6 pour cent du système canadien de la gestion de l'offre.

Le nouveau traité prévoit des provisions pour empêcher la " manipulation " des échanges soit par les devises soit en assurant que des pays qui ne sont pas partie prenante dans le texte ne tirent pas des avantages indus de ce marché libre.

L'accord est signé pour 16 ans, avec la possibilité de le réexaminer tous les six ans.

Articles Liés

Commentaires