Tanitnews

Le pétrole se reprend, la Russie discute d'une réduction de sa production


Le Brent clôture en hausse de 75 cents à 59,51 dollars et le WTI repasse la barre des 51 dollars avec une avancée de 1,16 dollar. L'or noir est pénalisé par l'augmentation de la production aux Etats-Unis, en Russie et dans certains pays du Moyen-Orient.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 65 cents à 50,80 dollars.

La production de pétrole des pays de l'Opep a baissé en novembre mais reste abondante, l'Arabie saoudite et d'autres ayant répondu à l'appel de Donald Trump en augmentant leurs pompages afin de compenser l'effet des sanctions américaines à l'encontre de l'Iran. Ce même baril s'affichait encore en recul de 1,12% vers 13h00 jeudi, à 58h10 dollars (et même jusqu'à 57,50 dollars vers 08h40), un niveau qu'il n'avait pas atteint non plus depuis mi-octobre 2017.

Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades, a expliqué à l'AFP que le marché avait réagi à cette information car "elle tranche avec les mots (du président russe) Vladimir Poutine qui s'est dit content d'un baril à 60 dollars" mercredi.

Afrique du Sud: L'ex-rugbyman sud-africain Naka Drotske blessé par balles
C'est en s'interposant pour protéger les personnes présentes à ses côtés que Naka Drotske a été blessé. Cette fois, c'est le rugby sud-africain qui a été touché de plein fouet par la folie et la violence.

Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, devait rencontrer vendredi son homologue saoudien à l'occasion du sommet du G20 de Buenos Aires, afin de discuter d'une réduction de la production en 2019, rapporte l'agence de presse russe RIA.

Le Brent, le pétrole de référence pour l'Europe, est en train de suivre sa trace, approchant lui aussi la barre des 50 dollars.

Alors que l'abondance de l'offre a fait perdre plus de 30% de leurs valeurs aux barils, l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et ses partenaires, qui représentent plus de la moitié de la production mondiale, pourraient décider la semaine prochaine de moins extraire d'or noir. Il dispose en outre d'un atout diplomatique de poids face à Ryad -qui a un temps envisagé de réduire sa production- grâce au soutien apporté au royaume sur "l'affaire Jamal Khashoggi", du nom du dissident saoudien assassiné.

Articles Liés

Commentaires