Tanitnews

Gilets jaunes : nouvelles scènes de guérilla urbaine sur les Champs-Elysées


Les "gilets jaunes" ont dû montrer patte blanche pour accéder aux Champs-Elysées, ce samedi pour l'" acte 3 " de leur mobilisation.

Vers 8 heures 45, un premier incident a éclaté en haut de l'avenue des Champs-Élysées, les forces de l'ordre envoyant des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, a constaté une journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes à plusieurs reprises, notamment quand des manifestants, certains équipés de casques, masques et lunettes de plongée, ont tenté de prendre la direction de la gare SNCF.

"Depuis ce matin, au plus fort des manifestations, il y a eu de 500 à 600 manifestants avec une frange de 40 casseurs qui se sont livrés à des exactions et à des dégradations importantes sur le mobilier urbain, avec des incendies", a déclaré à l'AFP Marie Cornet, sous-préfet des Ardennes.

Fermée à la circulation, l'avenue, épicentre attendu de la mobilisation, était emplie de camions de CRS et l'accès des piétons était soumis à un quadrillage serré avec contrôles d'identité et fouilles des sacs. Vers 10h20, 24 personnes avaient été interpellées, dont deux au moins pour port d'arme prohibé, selon la préfecture de police. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'État Laurent Nuñez s'expliqueront par ailleurs mardi devant la Commission du Sénat. Ce troisième décès s'ajoute à celui d'une manifestante tuée le 17 novembre en Savoie après avoir été percutée par une conductrice prise de panique et à celui d'un motard tué après une collision avec une camionnette deux jours plus tard dans la Drôme.

Pour leur première fois en tant que " gilets jaunes ", Marie et François, un couple de cinquantenaires venu de l'Essonne, regrettent que les Champs-Elysées n'aient pas été le lieu de rendez-vous qu'ils avaient espéré: " C'est aussi parce qu'il y avait ce dispositif de sécurité que nous avons décidé de venir aujourd'hui". Par crainte d'incidents, des panneaux de bois ont été apposés sur certaines vitrines.

M. Castaner a souhaité que la colère du mouvement "s'organise". Les mesures annoncées par le chef de l'État et les rencontres avec des représentants des gilets jaunes n'ont pas été concluantes.

À Marseille, 13 personnes ont été interpellées " en marge " de la manifestation des Gilets Jaunes.

Une annonce Dragon Age en décembre
Dragon Age est une franchise extrêmement importante dans notre studio, et nous sommes ravis de poursuivre son héritage. Attendez-vous à plus d'infos dans le mois à venir (mais je ne vous dirai pas où regarder.).

La première journée nationale, le 17 novembre, avait réuni 282.000 personnes, et la deuxième 106.000, dont 8.000 à Paris.

La pétition lancée par une des figures des "gilets jaunes" "pour une baisse des prix du carburant" a dépassé le million de signataires et la mobilisation reste soutenue par une grande majorité de Français, selon les sondages.

"Plus d'une centaine d'interpellations ont déjà eu lieu ce samedi alors que le mouvement des " gilets jaunes " s'est mobilisé pour le troisième week-end consécutif".

Puis, The Times décrit le déroulé de cette journée pas comme les autres sur le pavé parisien: l'irruption de violence autour de l'Arc de Triomphe, "symbole de la gloire militaire de la France", saccagé par des manifestants, puis la casse qui s'étend dans les avenues voisines. "C'est l'avenue Kléber qui a été la plus touchée, une avenue chic débouchant sur les jardins du Trocadéro près de la tour Eiffel et la Seine".

Malgré ces tensions, le mouvement continue d'engranger des soutiens très divers.

La préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, a été incendiée lors d'un rassemblement de "gilets jaunes" qui a dégénéré mais le feu était "circonscrit" samedi soir.

Pour accéder à l'avenue des Champs-Elysées, les manifestants doivent passer par des points de contrôle.

Articles Liés

Commentaires