Tanitnews

Lactalis : une autre partie de l'usine avait été contaminée à la salmonelle


Le phénomène n'était donc pas limité à la tour n° 1.

Sur la base de documents de la Direction Générale de la Santé (DGS), l'Agence France Presse affirme ce jeudi que la tour n°2 de l'usine Lactalis de Craon, usine au centre l'an dernier d'un scandale de contamination d'enfants par des salmonelles, était également concernée, contrairement à ce qu'affirmait le groupe. Le géant laitier réagit ainsi à des comptes-rendus de la Direction générale de la Santé (DGS) révélés par l'AFP le 29 novembre.

Petit rappel des faits. Ces comptes rendus contestés de réunions hebdomadaires de sécurité sanitaire, organisées sous l'égide de la DGS, faisaient état de "Salmonella mbandaka et Salmonella agona dans des produits fabriqués par la tour n°2 lors d'autocontrôles environnementaux en novembre". Après plus d'un mois de tests techniques de production, des analyses et des inspections officielles, l'état avait donné son feu vert à Lactalis pour redémarrer la fabrication de lait en poudre pour bébés. La société Lactalis avait en effet toujours affirmé que seule la tour n°1 de son usine de Craon (Mayenne) était à l'origine de la contamination de laits infantiles par des salmonelles, dont la consommation a entraîné des infections chez une trentaine d'enfants.

Selon le bilan officiel, 37 enfants ont été atteints de salmonellose dont 18 ont été hospitalisés.

Miss Tahiti 2018 : le "monstre" devenu princesse
Et vous, que pensez-vous des révélations faites par Miss Tahiti? En Polynésie , Miss Tahiti est toujours une icône. La jeune Miss, issue d'une fratrie de cinq enfants dans une famille recomposée, a toujours rêvé de voyages.

Pourquoi cette tour n°2 n'a-t-elle pas connu le même sort que sa jumelle à savoir un démantèlement?

Le président de l'association des familles victimes du lait contaminé ou AFVLCS, Quentin Guillemain, a souligné que cette révélation sur la contamination de la tour n°2 est un élément majeur car cette tour a repris la production en juillet. "Et c'est sur l'absence de contamination dans la tour n° 2 que le groupe s'appuie pour justifier la réouverture de l'usine de Craon".

"S'il y a bien eu des autocontrôles positifs dans l'environnement de la tour n°2, en aucun cas, il n'y a eu mise en évidence de salmonelles "dans les produits fabriqués par la tour n°2 " avant déclenchement de la crise début décembre ", rappelle Lactalis. La DGS qui hier soir a apporté son soutien au groupe laitier, admettant que son "compte rendu" pouvait comprendre une "erreur d'interprétation".

Enfin, l'enquête sur le vol de trois ordinateurs et une tablette contenant des informations relatives à l'affaire Lactalis qui avaient été dérobés dans les locaux de la Direction générale des fraudes (DGCCRF) en mai 2018 est toujours en cours. Rappelons que cette usine de Craon avait déjà été contaminée en 2005 par la même salmonelle et qu'il y avait plus de 140 enfants qui avaient été contaminés. Pour rappel, l'ONG a porté plainte en février dernier avec plusieurs parents pour exiger la totale transparence dans cette affaire.

Articles Liés

Commentaires