Tanitnews

Cinq jours de débat avant un vote historique — Brexit


"Il est possible de considérer qu'un outrage a été commis", a indiqué M. Bercow, qui a décidé de consacrer la journée de mardi à discuter de cette question, alors que les membres du parlement devaient initialement se lancer dans un débat de cinq jours sur le Brexit lui-même, en vue d'un vote qui aura lieu le 11 décembre sur l'accord de divorce avec l'Union européenne (UE).

Cet accord de retrait a fait l'objet d'une rugueuse négociation qui a duré 17 mois entre le gouvernement britannique et l'UE, conclue fin novembre. Devant le Parlement, la Première ministre devrait expliquer que l'accord trouvé avec les 27 "répond aux attentes du peuple britannique", selon des extraits de son discours transmis à la presse, qu'il "respecte le résultat du référendum" et permet "de rassembler le pays".

"C'est un usage de longue date" de ne pas dévoiler ce type de documents, a dit Theresa May à ses ministres, a rapporté un porte-parole de Downing Street.

Le front commun s'opposant à l'accord de Theresa May regroupe l'opposition travailliste, les europhiles du Parti libéral-démocrate, les députés écossais indépendantistes mais aussi le petit parti unioniste DUP, son allié, et de nombreux députés conservateurs.

Pour autant, la Première ministre britannique continue de défendre l'accord et affirme qu'en cas d'échec au Parlement, un départ de l'UE sans accord pourrait survenir, avec de lourdes conséquences pour l'économie britannique. Un ballet incessant qui pourrait s'interrompre avec le Brexit.

Le Labour compte déclencher une motion de défiance si Theresa May échoue à faire adopter le texte.

Mais la Première ministre essuie des tirs nourris venus de l'opposition comme de son propre camp.

Tumblr décide d'interdire le contenu pour adultes sur sa plateforme
Malgré ce système, cela n'a pas empêché à certains de poster de la pornographie infantile. Le réseau social va bannir toutes les publications pour adultes dès le 17 décembre.

Le référendum de juin 2016, remporté à 52% par le camp du "Leave", avait laissé le pays profondément divisé.

Les plus fervents "Brexiters" estiment quant à eux que le Royaume-Uni ne va pas franchement couper les ponts avec l'UE, tandis que les europhiles espèrent encore faire marche arrière.

Les partisans d'un second référendum ont eu de quoi se réjouir mardi: le Royaume-Uni pourrait, s'il le souhaite, décider unilatéralement de renoncer à quitter l'UE, a estimé l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), dans un avis ne liant pas les juges de l'institution.

Le traité de retrait comprend notamment la facture du divorce dont devra s'acquitter le Royaume-Uni, évaluée entre 40 et 45 milliards d'euros, garantit les droits des expatriés européens et définit une période de transition qui commencera après le Brexit, prévu le 29 mars, pour durer jusqu'en décembre 2020.

Il prévoit aussi un "filet de sécurité" pour éviter le retour à une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande et préserver la paix sur l'île.

Les parlementaires ont voté dans la foulée en faveur d'un amendement présenté par des élus du Parti conservateur de Theresa May, octroyant à la Chambre des communes un droit de regard plus important dans l'hypothèse où le projet d'accord serait rejeté dans une semaine. Le DUP a d'ailleurs voté contre le gouvernement mardi, a reconnu le député Nigel Dodds.

Articles Liés

Commentaires