Tanitnews

Emmanuel Macron hué au Puy-en-Velay et moqué par Donald Trump


Donald Trump a salué mercredi les concessions du gouvernement français concernant les taxes mises en causes par les Gilets jaunes en expliquant que cette décision montrait combien les Accords de Paris étaient mauvais.

Cette nouvelle attaque frontale du 45e président des États-Unis contre l'accord de Paris intervient au moment même où près de 200 pays sont réunis depuis dimanche à Katowice, en Pologne, pour la 24e conférence mondiale sur le climat. Après avoir relayé sur Twitter un message affirmant que les Gilets jaunes scandaient des slogans pro-Trump, le locataire de la Maison Blanche a affirmé mercredi 5 décembre sur le réseau social qu'il avait eu raison de quitter les Accords de Paris. Il a également retweeté un message assurant que les "gens scandent 'Nous voulons Trump' dans les rues de Paris". Et de prévenir: "Une victoire des Gilets jaunes renforcerait considérablement la position américaine en Europe, en montrant clairement aux dirigeants européens que chipoter avec Trump, a fortiori être en conflit avec lui, est risqué".

Le président américain n'a pas manqué l'occasion de s'en prendre à son homologue français à la suite du moratoire sur les taxes carburants annoncé par Edouard Philippe, mardi. "L'accord de Paris est fondamentalement mauvais car il provoque une hausse des prix de l'énergie pour les pays responsables, tout en donnant un blanc-seing à certains des pires pollueurs". A l'époque, Emmanuel Macron l'avait alors accusé d'avoir commis une "erreur pour son pays " et "une faute pour l'avenir de la planète ". "Les médias n'en parlent presque pas. Ils veulent cacher la rébellion de la classe moyenne contre le marxisme culturel", avait écrit Charlie Kirk, créateur de l'organisation conservatrice Turning Point USA.

"L'Amérique est en plein boom, l'Europe brûle".

L'UEFA annonce la délocalisation du match Shakhtar-OL — Ligue des Champions
Pour sa part, l'Ukraine dénonce un "acte d'agression" et a instauré en réponse la loi martiale dans plusieurs de ses régions frontalières.

Selon les services de fact-checking de l'AFP, il semblerait que Charlie Kirk se soit basé sur une vidéo publiée le 2 décembre sur Twitter et relayée au moins 17.000 fois.

Cette vidéo, présentée comme ayant été filmée en France, vient en réalité de Londres, et date sans doute du mois de juin.

"Je suis content que mon ami Emmanuel Macron et les protestataires à Paris soient tombés d'accord avec la conclusion à laquelle j'avais abouti il y a deux ans".

Articles Liés

Commentaires