Tanitnews

Bruno Lemaire promet de l'appliquer en France dès 2019 — Taxe GAFA


"Nous avons obtenu hier un accord avec le vice-chancelier allemand sur ce sujet-là et je me donne jusqu'au mois de mars pour qu'on obtienne une taxation des géants du numérique", a déclaré Bruno Le Maire. "Or, pour être entériné, le projet de taxation doit recevoir l'aval des 28 ministres des finances européens, ce qui n'a pas été le cas". "Nous le ferons dès 2019 au niveau national, nous taxerons les géants du numérique si les Etats européens ne prennent pas leurs responsabilités et n'imposent pas -ce qui me paraîtrait préférable- une taxation des géants du numérique ".

La France, à l'origine de cette proposition, espérait à l'origine faire approuver avant le 31 décembre cette directive. Dans ce texte, Paris et Berlin "appellent les pays de l'UE à adopter ce projet de directive au plus tard en mars 2019 pour une entrée en vigueur en 2021, si aucune solution au niveau international n'est trouvée d'ici là".

Dans cette situation, Bruno Le Maire vient d'annoncer que la France mettrait en place sa propre taxe numérique.

Production pétrolière : Le Qatar claque la porte de l'Opep
Il avait auparavant mis en scène sa bonne entente avec le prince héritier Mohammed ben Salmane , battu froid par les autres dirigeants.

À la dernière minute, la France et l'Allemagne ont tout de même fait une proposition commune avec une entente sur la taxation de la publicité en ligne qui viserait alors essentiellement Google et Facebook, réduisant ainsi largement le champ d'application de la proposition de la Commission. Lors du conseil des ministres des Finances mardi matin à Bruxelles, le commissaire Moscovici a annoncé que la nouvelle proposition servirait de socle à une nouvelle version. Est-ce que c'est autant que je le voulais? "Mais au moins c'est un point de départ", a souligné le ministre, jugeant nécessaire d'aller plus loin sur se sujet.

Alors que l'exécutif est à la peine en France, englué dans le mouvement des gilets jaunes, une autre mauvaise nouvelle vient de tomber au niveau de l'Europe cette fois. "Si, en revanche, ils ne voient des dirigeants que tremblants face aux risques de réactions, face aux sourcils qui se lèvent, et bien ils choisiront d'autres dirigeants, moins responsables et pas forcément les mieux avisés pour obtenir gain de cause". Mais les mesures en ce sens, restent à ce stade timorées.

Si l'accord au niveau européen entre finalement en vigueur, la taxe devrait rapporter, selon les estimations de Bercy, 1,3 milliard d'euros par an contre les 4 à 5 milliards initialement envisagés par le gouvernement.

Articles Liés

Commentaires