Tanitnews

Vers un formulaire d'accord de soins à signer avant le traitement — Androcur


Il est souvent prescrit "chez la femme dans le traitement de certaines maladies hormonales se manifestant par une augmentation du système pileux (hirsutisme) et chez l'homme dans certaines formes de cancer de la prostate". Face à ce danger, les patients devront désormais signer un formulaire d'accord de soins avant de débuter le traitement.

Commercialisés depuis les années 80, Androcur ® (acétate de cyprotérone) et ses génériques sont accusés d'augmenter fortement le risque de méningiome. Le méningiome est une tumeur, dans la plupart des cas bénignes, qui se développe à partir des cellules méningothéliales de l'arachnoïde, c'est-à-dire des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière (les méninges). Son traitement repose sur une chirurgie, dont les conséquences peuvent être importantes.

A noter : au total, on estime à 57 000 le nombre de Françaises sous Androcur en 2017. Ce médicament est beaucoup plus prescrit en France que chez nos voisins.

Pour cela, l'ANSM a réuni en novembre les représentants des utilisateurs d'acétate de cyprotérone (Androcur et génériques) et des professionnels de santé, en présence de l'Assurance maladie.

'Microsoft va remplacer Edge par le navigateur Chromium'
Selon les relevés de Net MarketShare , Edge dispose d'une part de marché de 4,2 % sur les PC de bureau. Sur Windows, Edge a pris la place d'Internet Explorer depuis plusieurs années.

La mise en place rapide d'un formulaire annuel d'accord de soins, indispensable pour toute délivrance en pharmacie du médicament. L'objectif étant de recueillir le consentement du patient au fil d'un échange avec son médecin ainsi que de mieux " sécuriser l'utilisation de l'acétate de cyprotérone.

Des nouveaux documents en préparation Parallèlement à cette disposition centrale, l'ANSM annonce d'autres mesures destinées à renforcer la qualité de l'information: l'établissement d'un document à destination des patients aujourd'hui traités (qui devrait être disponible avant la fin du 1 trimestre 2019), la rédaction d'un courrier destiné à toutes les personnes traitées au cours des 24 derniers mois et d'une note dédiée à l'ensemble des prescripteurs (avant la fin du 1 semestre 2019).

Pour mener à bien ces projets, un groupe de travail rassemblant les différents acteurs concernés est créé. Et des recommandations ont été adressées en octobre aux professionnels de santé.

Les patients ont été invités à consulter leur médecin, sans urgence, pour discuter de l'intérêt de la poursuite de leur traitement et évaluer la réalisation d'éventuels examens complémentaires.

Articles Liés

Commentaires