Tanitnews

36h après les gilets jaunes, la manifestation lycéenne dégénère — Toulouse


"Se mettre les forces de l'ordre à dos, aller à l'affrontement, ce n'est pas la solution!"

De violents incidents ont éclaté mercredi matin près de deux lycées de Mantes-la-Jolie (Yvelines) avec des jets de cocktails Molotov sur les forces de l'ordre et des bonbonnes de gaz lancées dans des poubelles en feu.

Les lycéens contestataires et leurs représentants syndicaux appellent à l'abandon des réformes du lycée, du bac, de la voie professionnelle et de la loi ORE, introduite l'an dernier pour l'entrée à l'université.

Jusqu'à présent, les appels à la mobilisation des syndicats lycéens - qui ont perdu de leur représentativité depuis 20 ans - n'avaient rencontré que peu d'écho.

En Seine-Saint-Denis, plus d'une vingtaine de lycées étaient concernés, à des degrés divers, par des perturbations, a appris l'AFP auprès de la préfecture. Devant le lycée Marcel Cachin de Saint-Ouen, trois véhicules ont été incendiés et les lycéens finalement évacués. La veille, une voiture avait été brûlée et sept personnes interpellées devant l'établissement.

L'agglomération compte une dizaine d'établissements perturbés et un incendie a endommagé le hall d'entrée du lycée Saint-Exupéry de Blagnac, en banlieue de la ville.

Ces personnes participent au centre opérationnel départemental, où les manifestations sont encadrées.

Commutateur de colonne de direction Kostal
C’est la colonne de direction en-dessous du volant qui assure la bonne manœuvrabilité de la voiture. Un système de direction est bien plus complexe, et les automobilistes doivent en être informés.

Dès 8h ce matin, plusieurs lycées de la ville ont été bloqués.

À Marseille, une boutique de luxe a été dégradée et partiellement pillée en marge d'une manifestation lycéenne, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des manifestations ont également mobilisé en Nouvelle-Aquitaine plusieurs milliers de lycéens lundi dans les rues de Bordeaux, Limoges et Pau, où des affrontements ont eu lieu avec la police qui a procédé à plusieurs interpellations. Le pourcentage de lycées bloqués est "très faible" au regard des 4.000 lycées sur le territoire, et les blocages sont le fait d'"une toute petite minorité", a estimé le ministre. Neuf autre personnes l'ont été dans l'Essonne, notamment pour jets de projectiles à Bondoufle où une centaine de jeunes s'étaient réunis, et deux à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), selon des sources proches du dossier. Deux gendarmes ont été légèrement blessés.

La province n'est pas épargnée par les troubles. Le lycée de Blagnac (littéralement) en feu. L'incendie s'est étendu à la façade, faisant de gros dégâts. Selon les chiffres de l'Education nationale, plusieurs dizaines d'établissements ont été perturbés.

Comme hier, les transports en commun ont été interrompus sur ordre de la préfecture, confirmant la volonté d'empêcher tout liens entre les lycéens et les étudiants de l'université du Mirail et les habitants des quartiers populaires du Mirail.

À Marseille, 23 lycées ont été perturbés, dont dix totalement bloqués. Et de conclure: "Ca va mal finir".

Articles Liés

Commentaires