Tanitnews

Emmanuel Macron refuse de recevoir les gilets jaunes ce vendredi soir


"Face à des individus d'une violence inouïe, certains venant pour attenter à la vie des forces de l'ordre, le risque est grand que ce samedi noir prenne une couleur rouge sang", alerte ainsi le quotidien L'Alsace.

En région, une interdiction de manifester a été décrétée dans plusieurs points sensibles du Pas-de-Calais tandis qu'à Montauban, 28 cocktails Molotov et trois bombes artisanales ont été saisis sur un rond-point occupé par des "gilets jaunes". Le gouvernement a ainsi multiplié les appels au calme, constatant que l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants n'a pas suffi à apaiser la colère.

Au total, 89 000 policiers et gendarmes seront déployés dans toute la France samedi pour éviter de revivre les scènes de la semaine précédente: affrontements sous l'arc de triomphe, barricades enflammées dans les beaux quartiers, pillages, nuages de gaz lacrymogène pour tenter de disperser des gilets jaunes et des casseurs incontrôlables. Trente-quatre personnes ont été placées en garde à vue, selon l'AFP.

Signe des tensions, les grands magasins parisiens seront fermés, du jamais vu pour un samedi précédant les fêtes.

Commerces fermés, spectacles annulés, matches de foot reportés, programme du Téléthon et parcours de la marche pour le climat changés: partout dans l'Hexagone, des dispositions exceptionnelles sont en vigueur pour se prémunir d'une nouvelle flambée de violences, comme celles qui avaient entaché les manifestations du 1er décembre.

A Paris, 2.000 éléments de mobilier urbain ont été démontés, a précisé la maire Anne Hidalgo.

Dans un large périmètre autour des Champs-Élysées, les vitrines ont été couvertes de planches de bois. Le tout devrait donner des allures de ville morte à Paris.

Après Brest, le dépôt pétrolier de Lorient débloqué — Carburants
En Seine-Maritime, des Gilets jaunes occupaient des ronds-points et la police a recensé une dizaine de barrages. Indépendants du BTP rejoints par des gilets jaunes bloquent de nombreuses stations-services en Bretagne .

A Paris, pour la première fois depuis des décennies, l'Etat engagera des "VBRG", ces véhicules blindés à roue de la gendarmerie.

Plusieurs pays européens ont conseillé la prudence à leurs ressortissants, voire à éviter Paris ce week-end comme la Belgique. "Faites profil bas et évitez les rassemblements ", a recommandé jeudi soir l'ambassade des États-Unis aux Américains présents à Paris.

La situation reste tendue trois semaines après le lancement de ce mouvement pour le pouvoir d'achat né de la contestation de l'augmentation de la taxe sur les carburants.

Un peu plus tôt dans la journée, Benjamin Cauchy, ici au côté de Jacline Mouraud, avait appelé à ne pas aller manifester à Paris, estimant que ce rendez-vous était " un traquenard ".

Plus radical, l'un des initiateurs de la contestation, Éric Drouet, qui avait appelé à "rentrer" dans l'Élysée samedi et est à ce titre visé par une enquête, a semblé vendredi jouer l'apaisement en invitant les "gilets jaunes" à finalement "aller sur le périphérique" parisien samedi matin. ", a-t-il posté sur Facebook". Une délégation de "gilets jaunes" a été reçue vendredi soir par le Premier ministre Edouard Philippe. "Ma mission c'est d'atteindre les objectifs qui ont été fixés par le président de la République", a déclaré le chef du gouvernement sur TF1. Maintenant nous attendons M. Macron. "J'espère qu'il va parler au peuple de France comme un père, avec amour et respect et qu'il prendra des décisions fortes", a déclaré à la sortie Christophe Chalençon, un autre porte-parole du mouvement.

Sur les réseaux sociaux, le principal vecteur d'organisation des gilets jaunes, certains mots d'ordre évoquent clairement un changement de régime ou un départ du président Emmanuel Macron, toujours mutique, qui doit théoriquement s'exprimer en début de semaine prochaine sur cette grave crise.

Articles Liés

Commentaires