Tanitnews

L'épidémie progresse en France métropolitaine — Bronchiolite


La Nouvelle-Aquitaine ne fait pas exception: d'après le bulletin régional de surveillance épidémiologique Santé Publique France, elle est en "phase épidémique" depuis mardi.

Du 26 novembre au 2 décembre, l'épidémie s'est installée sur toutes les régions (hors Corse) contre sept régions la semaine précédente. Parmi les 4.738 enfants de moins de deux ans vus aux urgences pour bronchiolite depuis le 26 novembre, 1.581, soit 33%, ont été hospitalisés. Les patients nécessitant une prise en charge en chirurgie ou en réanimation ont été accueillis à l'hôpital Robert-Debré et n'ont pas été réorientés. Il y a eu, en moyenne, 350 passages quotidiens pendant toute la semaine et 15 à 20 enfants hospitalisés chaque jour, " quasi exclusivement des bronchiolites sévères pour des nourrissons de moins d'un an", a constaté l'Assistance publique - hôpitaux de Paris (AP-HP) dans un communiqué. L'AP-HP évoque une épidémie "particulièrement sévère cette année avec un pic, atteint depuis la fin de la semaine dernière, plus élevé que les années précédentes". " Toutefois, Santé publique France pondère cette affirmation en indiquant que " la sévérité de l'épidémie n'est pas supérieure à celle des années antérieures ". On saura avec plus de précision, dans quelques semaines, une fois que les cas seront moins nombreux, si le pic épidémique a été dépassé cette année ou pas.

Pourquoi les opérations de sauvetage du navire Aquarius ont été abandonnées
A ce titre, il a vu les obstacles se multiplier quand l'Italie, sous l'impulsion du ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, a fermé ses ports cet été aux navires humanitaires.

La bronchiolite, infection respiratoire saisonnière qui affecte les nourrissons de moins de deux ans, progresse rapidement sur tout le territoire national. Puis, la toux se fait plus fréquente, la respiration peut devenir sifflante. Il peut être gêné pour respirer, avoir de la fièvre et avoir du mal à manger et à dormir. Il examinera votre enfant à la recherche de signes de gravité et prescrira les soins nécessaires. En tout premier lieu, il vous faut aller consulter un médecin, qui, au cas par cas, prescrira des médicaments et/ou des séances de kinésithérapie.

Articles Liés

Commentaires