Tanitnews

La Belgique n'accueillera pas de migrants bloqués au large de Malte


Sur le navire de Sea-Watch, les 32 migrants qui avaient été secourus le 22 décembre ont crié, pleuré, chanté et embrassé les sauveteurs lorsqu'ils ont appris qu'ils allaient enfin pouvoir rejoindre la terre, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

Dans une ambiance festive, ils ont rassemblé leurs quelques affaires dans des sacs poubelles.

Malte a autorisé les navires d'ONG allemandes Sea-Watch 3 et Sea-Eye, qui hébergent 49 migrants à leur bord depuis près de trois semaines, à accoster à La Valette, a annoncé mercredi 9 janvier le Premier ministre, Joseph Muscat.

Comme lors des précédents accords pour répartir des migrants secourus par d'autres navires d'ONG ou même des garde-côtes italiens, M. Avramopoulos a plaidé pour "la mise en place de mécanismes prévisibles durables" pour éviter les prochaines crises.

Tous sont montés en début d'après-midi sur des vedettes de la marine maltaise qui devaient les conduire à La Valette, tout comme les 17 autres migrants secourus le 29 décembre par l'ONG Sea-Eye. Ils seront ensuite répartis dans huit autres pays européens, en Allemagne, en France, au Portugal, en Irlande, en Roumanie, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Italie. Elle est adressée à Gilles Simeoni et demande à ce que le navire et ses occupants soient accueillis dans un des ports de l'île. Au final, 78 des migrants du premier groupe resteront à Malte, le plus petit pays de l'UE avec 450.000 habitants.

Un voleur tabassé par une championne de MMA au Brésil
Attendant son Uber à Rio de Janeiro , la jeune femme a explosé le voleur, qui faisait mine d'être armé d'un pistolet. Alors, j'ai pensé: si c'est une arme , il n'aura pas le temps de la dégainer.

"Chaque heure passée sans règlement n'était pas une heure dont j'étais fier".

"Il est dans notre nature d'aider les personnes en détresse, mais en tant que Premier ministre, je ne peux pas me soustraire à la responsabilité de préserver notre sécurité et nos intérêts nationaux", a expliqué M. Muscat, répétant que le présent accord ne constituait pas "un précédent".

Le commissaire européen chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, s'est réjoui qu'une solution ait été trouvée pour permettre aux migrants de débarquer et a salué le geste de solidarité de Malte et des États membres.

Les bateaux étaient dans les eaux maltaises depuis plusieurs jours dans l'attente qu'un port sûr puisse leur ouvrir ses portes.

En Italie, la solution dégagée ce mercredi faisait encore débat: le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini s'oppose farouchement à tout débarquement, mais le chef du gouvernement Giuseppe Conte s'est dit prêt à aller chercher les migrants "en avion". "A Bruxelles, ils font semblant de ne rien comprendre et facilitent le travail des passeurs et des ONG". "Céder aux pressions et aux menaces de l'Europe et des ONG est un signe de faiblesse que les Italiens ne méritent pas", a ajouté le ministre, qui a lancé mardi soir sur Twitter le mot d'ordre #SalviniNonMollare (Salvini tiens bon), parmi les plus partagés depuis en Italie.

Articles Liés

Commentaires