Tanitnews

Un employé chinois d'Huawei arrêté pour espionnage — Pologne


Le géant chinois des télécommunications Huawei a annoncé avoir licencié son employé arrêté en Pologne pour espionnage, dans un communiqué cité samedi par le Global Times, un média d'Etat chinois. Une série d'accrocs à l'internationalSelon plusieurs médias polonais, le suspect chinois serait l'un des directeurs de la filiale polonaise du groupe Huawei dont le siège européen est installé à Düsseldorf (Allemagne).Pékin s'est dit "très préoccupé " par l'arrestation de l'homme d'affaires chinois et a appelé Varsovie à garantir les droits du suspect.

Auparavant, les services de sécurité polonais avaient arrêté un employé chinois de Huawei et un employé polonais d'Orange Polska pour espionnage. "Le Chinois est un homme d'affaires travaillant pour un important groupe d'électronique", avait annoncé vendredi l'adjoint au ministre polonais chargé de coordonner les services de renseignement Maciej Wasik.

Ces deux hommes, dont les appartements et les lieux de travail ont été perquisitionnés, sont soupçonnés d'avoir agi "pour le compte des services chinois et au détriment de la Pologne", avaient-elles précisé.

Ce Polonais est une "personne connue dans le secteur informatique", s'est borné à dire M. Wasik, précisant que l'enquête "avait été menée depuis longtemps, avec beaucoup de soin".

Un tribunal a décidé jeudi de fixer à trois mois la période de détention provisoire des deux hommes, Weijing W.et Piotr D., a indiqué M. Zaryn, donnant, conformément à la loi polonaise, seulement les prénoms des suspects et l'initiale de leur nom de famille. Des bureaux de Huawei en Pologne ont fait l'objet d'une perquisition, ajoute la télévision.

Nice a trouvé son futur président en D3 anglaise — OGCN
Ce défi, on l'a réussi en partie. "C'est la vie d'un club de bouger". Je ne regrette rien, j'ai rencontré des gens formidables ici. Avant de conclure: "Ce club, c'était un challenge".

À Paris, Orange contacté par l'AFP n'était pas immédiatement en mesure de commenter.

"Huawei se soumet à toutes les lois et à toutes les réglementations en vigueur dans les pays où il opère et nous demandons que tous nos employés respectent les lois et les réglementations dans les pays où ils sont basés", a poursuivi ce groupe, déjà au coeur d'une affaire judiciaire, qui ne porte pas sur de l'espionnage économique, ayant ébranlé les relations entre Washington et Pékin. Premier acte en décembre avec l'arrestation au Canada de Meng Wanzhou, la fille de Ren Zhengfei, fondateur du conglomérat Huawei en 1987.et ancien officier de l'Armée populaire de libération.Les Etats-Unis avaient demandé qu'elle soit extradée.

Depuis, treize Canadiens ont été détenus en Chine dont huit ont été remis en liberté, a fait savoir le 4 janvier le ministère canadien des Affaires étrangères.

Huawei tente actuellement de défendre ses positions en Europe et a d'ores et déjà signé des accords avec plusieurs opérateurs en vue du déploiement à venir de la 5G.

Articles Liés

Commentaires