Tanitnews

Des flashs radios venus de l'espace intriguent


Et le fait que les explosions se répètent exclut tout modèle catastrophique pour la génération de BDDF (c. -à-d., un modèle dans lequel la source est détruite en générant les explosions).

Si leur origine reste toujours aussi mystérieuse, de nouveaux " sursauts radios rapides " ont été découverts par des astronomes canadiens.

Les sursauts radio rapides sont de courtes impulsions d'ondes radio, très énergétiques, mais aussi très brèves (elles ne durent que quelques millisecondes).

Des émissions radio provenant des profondeurs de l'espace ont été enregistrées par le télescope CHIME, situé au Canada, rapporte la BBC après qu'un communiqué de presse a été diffusé le 9 janvier 2019. C'est pour cette raison que les scientifiques estimaient qu'ils pouvaient trouver leur origine dans l'explosion d'une étoile pour former une supernova ou dans la fusion d'étoiles à neutrons.

Le FBI soupçonne Donald Trump d'être un agent russe
Allié de Donald Trump au Congrès, le sénateur Ted Cruz a paru ébranlé par les nouvelles révélations du Washington Post . Selon le journal, on ignore si les investigations sur l'aspect contre-espionnage se poursuivent actuellement.

D'autres successions de FRB auraient été détectées depuis la publication de cette étude, et c'est une très bonne nouvelle selon Shami Chatterjee, car cela permettra peut-être de localiser la source de ces " salves cosmiques ". Leur source reste pour l'instant inconnue, mais plusieurs théories tentent d'expliquer leur origine mystérieuse. Ils soulignent également que cette deuxième succession de flashs radio pourrait laisser croire qu'il en existe d'autres.

Le premier signal étrange à avoir obtenu l'étiquette de " sursaut radio rapide " ou FRB pour Fast Radio Burst, l'avait été en 2007. "Avec plus de signaux répétés et plus de sources disponibles à étudier, nous pourrons être en mesure de comprendre ces puzzles cosmiques, d'où ils viennent et leurs causes", a révélé Ingrid Stairs, membre du CHIME et astrophysicienne à l'University of British Columbia (UBC). "À la fin de l'année, nous aurons peut-être trouvé 1 000 sursauts de plus", a ajouté Deborah Good, de la même université. Il faut souligner que la découverte de ces douze FRB ponctuels a été réalisée en seulement trois semaines et sans que le télescope CHIME fonctionne au maximum.

Selon Shami Chatterjee, astronome à la Cornell University et à l'origine de la première détection d'ondes répétitives, chaque FRB aurait une intensité 25 millions de fois plus puissante que celle du Soleil. Shriharsh Tendulkar, coauteur de l'étude et chercheur à l'université McGill à Montréal, estime qu'il est "extrêmement improbable " que ces FRB soient émises par des civilisations extraterrestres, même si "en tant que scientifique ", il ne "peut pas l'exclure à 100% ".

Articles Liés

Commentaires