Tanitnews

Des médicaments à base d'irbésartan rappelés par l'Agence du médicament — Hypertension


Les antihypertenseurs à base d'irbésartan, ainsi qu'à base d'un autre composé de la même famille des sartans, le valsartan, sont susceptibles d'être concernés par la présence de NDEA ou de NDMA qui sont classés cancérogènes probables par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le rappel d'ibésartan concerne le laboratoires Arrow Génériques.

Après des lots de valsartan épinglés en juillet, en août, en septembre, en nombre et en décembre 2018, et maintenant l'irbésartan, les autorités européennes élargissent les analysées également au candésartan, au losartan, à l'omesartan afin de s'assurer, qu'elles aussi, ne renferment pas des substances classées comme cancérogènes. Des contrôles réalisés sur des lots de médicaments à base d'irbésartan ont révélé la présence de NDEA à des taux supérieurs aux limites acceptables, d'où le "rappel des lots non conformes", note l'agence dans un communiqué. Il n'est pas exclu que d'autres sartans puissent faire l'objet de prochains rappels de lots, précise l'ANSM. L'ANSM affirme néanmoins que "la présence potentielle de NDMA et de NDEA n'induit pas de risque aigu pour la santé des patients".

" LIRE AUSSI - Palpitations cardiaques: quand faut-il s'en inquiéter? ". Si l'on prend un médicament concerné par le rappel, il est impératif de s'adresser à son médecin ou à son pharmacien, qui le remplacera par un traitement non concerné par les rappels.

L’épouse de Carlos Ghosn évoque ses mauvaises conditions de détention au Japon
Une cellule éclairée jour et nuit, des heures quotidiennes d'interrogatoire, et pas d'accès à son traitement médical quotidien. Cette information n'a pas été confirmée par l'avocat principal, Motonari Otsuru . "M.

Une liste de tous les médicaments à base de sartans est disponible sur le site de l'ANSM. En outre, de nombreuses alternatives thérapeutiques au valsartan existent pour prendre en charge les patients, selon cette dernière. 1,4 million de patients étaient concernés.

Les patients concernés, sans interrompre leur traitement, peuvent vérifier auprès d'un pharmacien si leur boîte d'irbésartan est concernée. C'est pourquoi ceux-ci " ne doivent, en aucun cas, stopper leur traitement sans avis médical ", insiste-t-elle. À défaut de consultation, le pharmacien peut délivrer un autre médicament après s'être entretenu avec le médecin.

Enfin, l'ANSM appelle les laboratoires à intensifier leur production de médicaments alternatifs qui pourrait permettre une meilleure disponibilité des sartans sur le marché français.

Articles Liés

Commentaires