Tanitnews

Europe. La Macédoine accepte officiellement de changer de nom


La chancelière allemandes'est entretenue pendant deux heures avec son homologue Alexis Tsipras et a notamment salué "l'action décisive" du Premier ministre grec sur le nouveau nom de la Macédoine.

La chancelière allemande a affiché sa 'reconnaissance' à Alexis Tsipras pour avoir 'entrepris de résoudre' cette question épineuse.

Le 17 juin 2018, la Macédoine et la Grèce ont signé l'accord de Prespa visant à résoudre le différend sur le nom qui dure depuis des décennies.

"D'ici dix jours, quoi qu'il en soit, dès que les résultats (du Parlement macédonien) nous seront notifiés et si nous constatons que tout est en ordre, nous voterons" pour approuver l'accord, a précisé Alexis Tsipras à Open TV.

Les députés macédoniens ont adopté les quatre amendements constitutionnels requis pour entériner le changement de nom de leur pays, indépendant de la Yougoslavie depuis 1991. La balle passerait à Athènes.

La balle est désormais à Athènes puisque le changement de nom n'entrera en vigueur qu'une fois que les députés grecs auront à leur tour ratifié l'accord conclu l'été dernier par les Premiers ministres Zoran Zaev et Alexis Tsipras. En échange de la modification du nom, la Grèce s'est en effet engagée à lever son veto à l'adhésion de la Macédoine à l'Otan ainsi qu'aux négociations d'adhésion à l'Union européenne (UE) de ce petit pays balkanique de 2,1 millions d'habitants. Il risque d'ailleurs de mettre à l'épreuve la faible majorité gouvernementale lors d'un vote au Parlement grec.

Julien Nkoghe Bekale nommé Premier ministre — Gabon
Depuis le Maroc où il se trouve en convalescence, Ali Bongo a donc pris un acte de nomination d'un nouveau Premier ministre. L'ex-Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet, devient "médiateur de la République", a ajouté M.

'Va-t'en Merkel!', 'Non au chantage de Merkel sur l'accord de Prespes!', pouvait-on lire sur des panneaux brandis au centre d'Athènes, pour la visite placée sous haute sécurité.

Parmi les quelque 200 manifestants, répondant à l'appel de petits partis de gauche, Melina Kotsaki estime que 'Mme Merkel vient encore en Grèce faire pression sur le gouvernement grec'.

"C'est pourquoi la leçon pour nous, c'est que nous fassions tout pour avoir de bonnes relations avec la Grèce et que nous nous soutenions mutuellement pour le bien de la Grèce et de l'Allemagne", a-t-elle ajouté.

Gardienne de la discipline budgétaire dans l'UE, l'Allemagne est associée dans l'esprit des Grecs aux politiques de rigueur stricte imposées pour parer à la crise de la dette, à l'origine d'une hostilité entre les deux pays.

Vendredi, elle doit également s'entretenir avec le président de la République hellénique Prokopis Pavlopoulos et ensuite avec le dirigeant de la Nouvelle Démocratie, Kyriakos Mitsotakis, allié du parti de Mme Merkel, la CDU, au sein du PPE au Parlement européen avant son départ vers 14H00 GMT.

Articles Liés

Commentaires