Tanitnews

Jeff Bezos : un chantage qui fait planer l'ombre de Donald Trump


Dans un billet de blog très personnel, Bezos déclare que le National Enquirer a récemment menacé de publier des photos intimes de lui et de Lauren Sanchez, une ancienne animatrice de télévision avec laquelle le patron d'Amazon entretenait des relations intimes.

Le National Enquirer a été le premier à publier les détails de la relation entre Bezos et Sanchez, ce qui a mené au divorce entre le fondateur d'Amazon et MacKenzie Bezos, son épouse pendant 25 ans.

Inquiet de la publication d'informations issues de cette enquête, AMI a contacté le PDG d'Amazon pour lui demander de ne rien en faire, selon une tribune publiée jeudi par Jeff Bezos sur le site Medium.

En contrepartie, AMI s'engageait à ne pas utiliser des photos intimes montrant des parties de corps dénudées, échangées entre Jeff Bezos et son amie.

Dans cette déclaration très personnelle, Jeff Bezos confie aussi que le tabloïd a menacé de divulguer des photos très intimes de Lauren Sanchez et lui.

Le milliardaire a farouchement refusé et a publié jeudi le contenu des courriers d'AMI, dénonçant avec virulence ce "chantage".

"Si, dans ma position, je ne peux pas résister à ce genre d'extorsion, combien de personnes le pourront?", interroge M. Bezos, qui précise sa démarche.

Wenger au PSG : ça chauffe !
Parmi les trois autres offres, il est question d'une sélection nationale et de deux clubs européens de haut niveau. Le Times annonce même qu'il pourrait livrer sa décision courant le mois de février.

"Plutôt que de capituler face à l'extorsion et au chantage, j'ai décidé de publier exactement ce que j'ai reçu, en dépit de qu'il m'en coûte personnellement".

De manière détournée, il laisse entendre que les révélations le concernant publiées par le National Enquirer pourraient avoir un lien avec l'hostilité qu'affiche Donald Trump envers lui.

M. Sanchez, qui a fréquenté également Carter Page, ancien conseiller diplomatique du président américain, pourrait ainsi être à l'origine de la fuite selon l'enquête, a révélé le site Daily Beast.

David Pecker, PDG de AMI et propriétaire de National Enquirer, est un ami proche et un allié de Trump, et aurait des intérêts commerciaux en Arabie Saoudite. Il a, depuis, accepté de collaborer avec la justice dans l'enquête du procureur special Robert Mueller, un revers pour Donald Trump.

Dans sa tribune, Jeff Bezos mentionne également l'Arabie saoudite, et évoque des liens supposés entre AMI et le prince Mohammed ben Salmane.

David Pecker, le directeur du tabloïd américain National Enquirer, aurait dû y réfléchir à deux fois avant de s'attaquer à Jeff Bezos. "American Media est convaincu d'avoir agi dans le respect de la loi en suivant l'histoire de monsieur Bezos", a réagi vendredi le groupe dans un message transmis à l'AFP, affirmant que les négociations dont a fait état le patron d'Amazon ont été menées "de bonne foi".

Articles Liés

Commentaires