Tanitnews

"Ligue du LOL": un journaliste de Libération mis à pied


Cette décision a été prise dans le cadre de l'enquête interne toujours activement menée au sein du journal.

Alexandre Hervaud est mis en cause dans l'affaire de la " Ligue du LOL ", un groupe Facebook privé créé en 2008 par le journaliste Vincent Glad et géré par des journalistes, graphistes, informaticiens et publicitaires parisiens.

La polémique autour de la "Ligue du LOL" grimpe, et les premières conséquences apparaissent.

Plusieurs victimes ont témoigné ce week-end sur les réseaux sociaux. "Ça a été très dur dans ma construction de jeune femme".

Le blogueur Matthias Jambon-Puillet a pour sa part raconté dans un long texte publié sur le site Medium, des insultes anonymes sur lui et son travail, des "enregistrements sarcastiques", des photomontages dont un pornographique envoyé en son nom à des mineurs.

Jeux vidéo: Les 450 magasins Micromania de France menacés de fermeture
Pour éponger une partie de ses dettes, GameStop a vendu mi-janvier son réseau de magasins Spring Mobile pour 648 millions d'euros. Les 430 magasins Micromania de France pourraient être concernés, dont 8 enseignes dans les Alpes-Maritimes et 3 dans le Var.

Vincent Glad s'est également expliqué sur Twitter. Alexandre Hervaud, chef de service web de Libération, et Vincent Glad ont été mis à pied ce matin " à titre conservatoire " par sa direction, selon France Inter. Stephen Des Aulnois a annoncé qu'il se " retire du poste de rédacteur en chef du Tag Parfait", site sur la culture porno.

"Notre profession doit prendre la mesure des violences qui se déroulent dans les rédactions", plaide le collectif féministe de journalistes Prenons la une.

Pour Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le féminisme, "aujourd'hui encore, être un agresseur n'est pas du tout un stigmate social, c'est une manière de construire sa reconnaissance et sa carrière, il serait temps d'inverser les choses".

"Hier après-midi, Alexandre Hervaud a présenté ses excuses sur Twitter".

Deux membres du gouvernement ont réagi à cette affaire: Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité, qui a rappelé qu'une loi condamnait désormais le cyberharcèlement et évoqué la possibilité d'étudier l'allongement des délais de prescription (les faits sont prescrits). Pour des menaces de mort en ligne visant la journaliste Nadia Daam, trois hommes ont été condamnés en juillet à six mois de prison avec sursis.

Articles Liés

Commentaires